•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une communauté rurale se mobilise pour contrer la fermeture de sa bibliothèque

Une plaque portant le nom d'une bibliothèque.

Un groupe affirme préparer une mobilisation pour protester contre la fermeture de la bibliothèque. (Archives)

Photo : Elvis Nouemsi Njiké

Les résidents de Pointe-aux-Roches se mobilisent pour contrer la fermeture de leur bibliothèque.

Kalyn Belleperche habite la petite communauté du Sud-Ouest de l'Ontario.

Elle a lancé une pétition en ligne pour mobiliser les résidents autour de la création d'une bibliothèque citoyenne, gratuite et ouverte à tous.

Je veux faire une petite bibliothèque près de la rue, pour que les familles puissent aller prendre une marche. [...] Ils pourront voir quels livres sont disponibles, pourront prendre un livre ou laisser un livre, explique-t-elle.

Une femme qui sourit à l'appareil photo.

Mme Belleperche affirme que la bibliothèque qu'elle mettra sur pied sera gratuite.

Photo : Gracieuseté de Kalyn Belleperche

L'emplacement n'est pas choisi, mais le projet de Mme Belleperche a déjà reçu l'appui de bon nombre de résidents.

« [Plusieurs] personnes m'ont déjà dit qu’elles vont faire une donation de livres. Je pense que j’ai un bon nombre de livres pour commencer et quand je commencerai à donner des livres, je pense que de plus en plus de livres seront apportés. »

— Une citation de  Kalyn Belleperche, résidente de Pointe-aux-Roches

Si la réponse de la communauté est si bonne, c'est que la fermeture récente de la bibliothèque de Pointe-aux-Roches est mal vécue par plusieurs résidents.

la fermeture d'un lieu essentiel

Benjamin LeBlanc-Beaudoin qui habite à Comber à quelques kilomètres de Pointe-aux-Roches se dit frustré par la décision. Selon lui, elle a été prise sans consulter les résidents.

La bibliothèque de Pointe-aux-Roches est plus fréquentée que les autres bibliothèques dans les petites communautés de la région, explique-t-il.

« Mon fils va à l’école à Pointe-aux-Roches. On fréquentait la bibliothèque. Il y a beaucoup de ressources francophones dans cette bibliothèque. »

— Une citation de  Benjamin LeBlanc-Beaudoin, résident de Comber

M. LeBlanc-Beaudoin affirme que la décision de fermer la bibliothèque s’explique d’autant moins qu’elle était utile aux écoles de la région.

Un chef avec son tablier dans une cuisine.

Benjamin Leblanc-Beaudoin pense que la fermeture de la bibliothèque fera notamment du tort aux écoles locales.

Photo : Benjamin Leblanc-Beaudoin

Un avis que partage Jean Tremblay, un résident de Pointe-aux-Roches.

L'école anglophone du village de Pointe-aux-Roches utilisait la bibliothèque comme sa bibliothèque parce qu’elle n'a pas de bibliothèque à l’école. Alors, dire que les services auxquels on peut accéder en ligne suffisent... Ce n’est pas ça la raison d’être d’une bibliothèque.

S’il reconnaît le fait que l'achalandage de la bibliothèque était en baisse, M. Tremblay rappelle que cela était essentiellement dû à la pandémie.

Il pense que la relation humaine qu’offre une bibliothèque physique est essentielle.

Une question de patrimoine municipal?

Kelsey Santarossa est membre du conseil municipal de Lakeshore à qui des résidents reprochent le fait d’avoir validé la fermeture de la bibliothèque.

Elle affirme que le conseil municipal travaille afin de s'assurer que les services offerts à Pointe-aux-Roches soient améliorés.

Elle dit être également consciente du fait que la décision de fermer la bibliothèque attriste certains résidents.

Pour Mme Santarossa, le problème fondamental est que le bâtiment qui hébergeait jusqu’ici la bibliothèque n’appartient ni à la municipalité ni au réseau des bibliothèques du comté d’Essex.

C’est un édifice privé, explique-t-elle, qui aurait besoin de rénovations.

Elle affirme que le conseil municipal est en train de considérer les éventualités qui s’offrent à lui, parmi lesquelles, la possibilité de construire un bâtiment sur un terrain à Pointe-aux-Roches qui appartient à la municipalité.

Il ne s’agirait dans ce cas pas seulement d’une bibliothèque, mais possiblement aussi d’une salle ou d’une cuisine communautaire, mais cela ne se fera vraisemblablement pas à court terme, précise-t-elle.

« Ce ne sera probablement pas une décision de notre conseil parce qu’il n’y aura rien pour construire un bâtiment dans le budget pour 2022. Alors j’imagine que ça va être une décision du prochain conseil [municipal] qui s'installera vers la fin de l’année prochaine. »

— Une citation de  Kelsey Santarosa, conseillère municipale

Benjamin LeBlanc-Beaudoin s'oppose pour sa part à l’idée de l’hypothétique ouverture d’une future bibliothèque à Pointe-aux-Roches et dit préférer se battre pour éviter la fermeture de celle qui existait jusque-là.

Une version précédente de ce texte indiquait que la municipalité envisageait de construire un bâtiment sur un terrain à Saint-Joachim..

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !