•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine s’oppose à des liens d’amitié entre Vancouver et des villes de Taïwan

img7192

L'hôtel de ville de Vancouver

Photo : Radio-Canada / Kevin Mcintyre-Tor

Radio-Canada

Le consulat de Chine a exprimé son désaccord dans un communiqué devant la volonté de la Ville de Vancouver de forger des liens d’amitié avec des municipalités de Taïwan.

Cela alors que le conseil municipal a lancé en septembre une motion autorisant de tels liens avec des villes du monde entier. Elle permettrait ainsi un rapprochement entre des associations artistiques et culturelles de Vancouver et d’organismes semblables à Taïwan.

L'Asian-Canadian Special Events Association, qui organise le Festival de Taïwan à Vancouver, pourrait ainsi devenir plus proche de la ville de Kaohsiung connue pour son attrait artistique.

Le Canada ne reconnaît pas Taïwan comme un État souverain.

Taïwan fait l’objet de fortes tensions politiques et militaires de la Chine. Ce pays considère l'île de 23 millions d'habitants, que le régime communiste n’a jamais contrôlée depuis son ascension au pouvoir en 1949, comme l’une de ses provinces en attente de réunification.

D’après Josephine Chiu-Duke, une professeure associée en études asiatiques à l’Université de la Colombie-Britannique, la Chine a toujours souligné la politique d’une seule Chine. Autrement dit, la Chine, dont Taïwan, ne fait partie que d’une seule unité, un seul pays.

Mme Chiu-Duke est cependant surprise que la Chine rejette le principe d’un lien d’amitié. Il est en général très normal de voir des villes faire des échanges culturels et académiques.

Il est possible que la Chine ait voulu faire comprendre à la communauté internationale qu’elle exerçait un certain pouvoir dans certaines régions d'Asie, notamment à Taïwan.

Par contre, Alvin Singh, directeur des communications auprès du maire de Vancouver Kennedy Stewart, estime que les discussions sur la création de liens d’amitié entre villes devraient être absentes des enjeux élevés de la politique internationale.

La Ville de Vancouver précise que la mise en place du programme de liens d’amitié est encore à l’ébauche. Il n’est pas semblable au programme de villes jumelées, comme ceux établis avec Los Angeles ou Édimbourg par exemple, car il est moins cher à mettre en œuvre.

D'après les informations de Baneet Braich

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !