•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un signe de la main popularisé sur TikTok par deux Magogoises sauve une adolescente

Un dessin qui indique un signe de main comme appel à l'aide dans des cas de violence.

Le signe de la main « appel à l'aide », conçu par la Fondation canadienne des femmes, a été popularisé sur les médias sociaux.

Photo : Site internet de la Fondation canadienne des femmes

Radio-Canada

Un signe de la main servant à appeler à l’aide a été popularisé sur TikTok dans une vidéo qui a été vue plus de 10 millions de fois. Créée par deux femmes de la région pendant la pandémie, la vidéo a permis à une adolescente américaine d’échapper à son ravisseur cette semaine.

Florence Olivia et Marie-Emmanuelle Genesse, deux sœurs, sont toutes deux originaires de Magog. Elles sont chercheuses et s'intéressent à la question de la violence faite aux femmes. Dans un objectif de démocratisation, elles ont décidé de partager du contenu militant sur TikTok et Instagram.

Dans le lot, elles ont filmé une vidéo dans laquelle elles montrent un geste de la main créé par la Fondation canadienne des femmes afin de demander à l’aide en cas de violence. Ce geste consiste à plier le pouce dans la paume, avant de replier ses autres doigts dessus pour former un poing.

La vidéo est rapidement devenue virale. Des mois plus tard, elle a prouvé son efficacité. Une jeune femme victime d'un enlèvement en Caroline du Nord a en effet été secourue grâce à ce signe de la main, qui a été reconnu par un passant la semaine dernière.

Pour les Magogoises, il s'agit d'une preuve que ce type de contenu peut faire une différence.

Pour nous, c’est vraiment le plus beau cadeau qu’on aurait pu imaginer dans le sens où, pourquoi on fait ça, c’est qu’on veut vraiment mettre notre recherche dans le milieu pratique. Derrière toutes les statistiques, ce sont de vraies vies, de vraies personnes qui vivent ces expériences-là [de violence]. Tout le monde a un rôle à jouer pour combattre la violence conjugale, explique Florence Olivia Genesse.

Un réseau propice au partage de gestes militants

Une personne sur trois reconnaîtrait aujourd'hui ce signe de la main, selon la Fédération canadienne des femmes.

Selon la consultante en communications numériques et en réseaux sociaux Nellie Brière, la vidéo créée par les deux Magogoises serait parfaitement adaptée à la plateforme TikTok, qui regroupe de nombreux mouvements militants. 

Sur TikTok, il y a une tendance qui est de partager des trucs et des mini-apprentissages. [...] En plus, ça participe à une mouvance féministe d’une certaine manière, parce que c'est une espèce de solidarité avec ces femmes-là qui sont victimes de violences, donc c'est devenu extrêmement viral , explique Mme Brière.

La popularité du signe de main pourrait cependant constituer une arme à double tranchant, selon le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de l'Estrie. Les agresseurs risquent en effet de reconnaître le signe de détresse.

La violence pourrait se retourner contre la victime. Aussi, on sait que ça prend un énorme courage pour dénoncer et pour aller chercher de l'aide. Ça se peut que la victime ne veuille plus aller chercher de l'aide par la suite si l'agresseur est au courant de ses stratégies et des moyens qu’elle peut utiliser. Ça peut vraiment la mettre plus en danger, craint Kelly Laramée, intervenante au CALACS.

Des intervenants rappellent toutefois que si le signe devient trop connu, un autre pourrait éventuellement être popularisé pour le remplacer.

Avec les informations de Katy Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !