•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa pourrait autoriser le vaccin pour les 5 à 11 ans d’ici deux semaines

Gros plan sur l'épaule d'un garçon qui tient la manche de son chandail d'une main, et sur les mains d'un pédiatre tenant une seringue.

Les moins de 12 ans ont les taux d'incidence de COVID-19 les plus élevés de tous les groupes d'âge au pays.

Photo : getty images/istockphoto / Vadym Terelyuk

La Presse canadienne

Santé Canada a déclaré que la décision sur l'autorisation ou non d'un vaccin contre la COVID-19 pour les enfants arrivera « dans une à deux semaines », laissant ouverte la possibilité que certains enfants soient au moins partiellement protégés d'ici Noël.

La conseillère médicale en chef du Canada, la Dre Supriya Sharma, a déclaré vendredi lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes que le régulateur poursuivait activement son examen du vaccin de Pfizer-BioNTech pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, dont l'utilisation a été autorisée aux États-Unis la semaine dernière.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, a déclaré que la tranche des moins de 12 ans continue d'avoir les taux d'incidence de COVID-19 les plus élevés de tous les groupes d'âge du pays.

La COVID-19 s'est généralement révélée bénigne chez les enfants depuis le début de la pandémie, mais certains ont eu une maladie grave.

La Dre Tam a noté une augmentation de 11 % des nouveaux cas de COVID-19 au Canada cette semaine par rapport à la semaine dernière, avec 2500 nouveaux cas signalés quotidiennement.

Plus de 1800 personnes atteintes de COVID-19 ont été hospitalisées, a-t-elle déclaré, dont 528 dans des unités de soins intensifs. Une moyenne de 22 décès quotidiens a été signalée.

La Dre Tam a également déclaré que l'exigence d'un test de COVID-19 négatif pour les voyageurs rentrant au Canada était toujours à l'étude.

Le chef des conservateurs fédéraux Erin O'Toole a appelé le premier ministre Justin Trudeau à supprimer les exigences de test PCR avant le départ pour les voyageurs entièrement vaccinés qui reviennent par la frontière terrestre, demandant au gouvernement dans un communiqué vendredi d'accepter plutôt les résultats des tests rapides antigéniques.

Des lacunes importantes dans la couverture vaccinale

La Dre Tam a précisé lors de la conférence de presse que l'exigence est un test moléculaire, qui peut inclure un test PCR en laboratoire ou d'autres tests pouvant offrir des résultats plus rapidement. Le site web de Santé Canada indique que les tests antigéniques rapides ne sont pas acceptés.

Plus de 28 millions de personnes, soit 85 % de la population admissible de plus de 12 ans, sont désormais entièrement vaccinées, a noté la Dre Tam, bien que des lacunes importantes dans la couverture vaccinale subsistent.

Elle a ajouté que cela comprend plus de 5 millions de personnes admissibles qui n'ont pas encore reçu de vaccin et plus de 4,3 millions d'enfants de moins de 12 ans.

Vendredi également, Santé Canada a approuvé l'utilisation du vaccin à ARNm de Moderna pour les injections de rappel pour les adultes de 18 ans et plus, à utiliser au moins six mois après la deuxième injection. La dose de rappel de Moderna consiste en une demi-dose du vaccin ordinaire.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !