•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui représentera le Canada aux Jeux olympiques en curling masculin et féminin?

Les athlètes de curling Kevin Koe et Rachel Homan tenant leurs médailles d'or lors des Jeux olympiques de 2018.

Kevin Koe et Rachel Homan ont représenté le Canada en curling masculin et féminin aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018. (Archives)

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Après un long processus de qualification, neuf équipes masculines et féminines canadiennes en curling se disputent les essais olympiques au Centre SaskTel de Saskatoon, et ce, jusqu'au 28 novembre.

C'est la deuxième fois que les essais olympiques de curling ont lieu en Saskatchewan, après la tenue des premiers essais en province, en 2001 à Regina.

« C’est la plus importante compétition de curling des quatre dernières années. »

— Une citation de  Pierre Charette, directeur des compétitions du Grand Chelem

La première phase se présente comme un tournoi à la ronde. Chaque équipe affronte les huit autres formations afin de déterminer le classement, en vue des séries éliminatoires.

La première partie du tournoi sera complétée le vendredi 26 novembre.

Les trois meilleures équipes masculines et féminines se qualifieront pour les séries. La meilleure équipe masculine et la meilleure équipe féminine obtiendront leurs places pour la finale tandis que les deux autres devront s’affronter en demi-finale, samedi.

« C’est certain que toutes les équipes travaillent pour gagner ce fameux tournoi à Saskatoon. »

— Une citation de  Amélie Blais, propriétaire de Passion Curling

Brad Gushue, le favori?

Pour le directeur des compétitions du Grand Chelem, Pierre Charette, l’équipe de Brad Gushue, de Terre-Neuve-Labrador, est favorite chez les hommes.

Si je me fie aux deux dernières compétitions, Gushue a une longueur d’avance en termes de préparation. Ils sont calmes et confiants, avance-t-il.

Il ajoute que lors des dernières compétitions sur la scène nationale, c’est la seule équipe qui fonctionnait à plein régime.

Brad Gushue, capitaine du Canada

Brad Gushue a remporté la médaille d'or en curling masculin en 2006 à Turin. (archives)

Photo : Associated Press / John Locher

Cependant, il apporte une précision. Les équipes favorites ne gagnent pas toujours les essais olympiques.

Pierre Charette et la propriétaire de Passion Curling, Amélie Blais, croient que deux équipes masculines peuvent s’emparer du titre, soit l'équipe de l’Ontarien Brad Jacobs et celle de l’Albertain Kevin Koe.

Tableau des équipes masculines aux essais olympiques de Saskatoon.

Le gagnant des essais olympiques ira en Chine pour les Jeux olympiques de Pékin.

Photo : Radio-Canada

Ça ne m'étonnerait pas une finale entre Gushue et Jacobs. Si ce n’est pas ça, il y a toujours l’équipe de Kevin Koe. Plus un tournoi est long, plus il (Kevin Koe) devient confiant avec la glace. Cette équipe est à surveiller comme celle de (Brendan) Bottcher, gagnant du dernier Brier. Ils ne sont pas au maximum de leur forme, mais c’est une équipe explosive, avance le directeur des compétitions du Grand Chelem.

Amélie Blais croit que les équipes avec une expérience olympique doivent être favorisées. Brad Gushue a représenté le Canada en 2006, Brad Jacobs en 2014 et Kevin Koe en 2018.

Matt Dunstone, la carte cachée du tournoi?

Parmi les 18 équipes présentes à Saskatoon, une seule vient de la Saskatchewan : celle de Matt Dunstone.

Basée à Regina, la formation a terminé troisième lors des deux championnats canadiens. Selon Pierre Charette, cette équipe pourrait être la carte cachée chez les hommes.

Matt Dunstone s'adresse à ses coéquipiers pendant un match de curling.

Né au Manitoba, Matt Dunstone habite en Colombie-Britannique, mais c'est avec la Saskatchewan qu'il brille.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

« Matt Dunstone n’a peur de personne. Il fait des appels de pierres et de stratégies complexes dans sa partie. Il se garde des coups difficiles pour la fin. Quand il fait des coups extraordinaires comme dans les derniers Brier, il peut battre n’importe qui. Il est vraiment un des meilleurs joueurs. »

— Une citation de  Pierre Charette, directeur des compétitions du Grand Chelem

Amélie Blais croit que la foule saskatchewanaise pourra lui donner une poussée d’adrénaline supplémentaire au courant de la semaine. Elle ne serait pas surprise de voir cette équipe se qualifier pour la ronde éliminatoire.

Un quatuor de tête chez les femmes

Du côté des dames, c’est un quatuor d’expérience qui devrait se démarquer, selon les experts rencontrés.

Tableau des neuf équipes canadiennes qui seront en compétition à Saskatoon.

La gagnante des essais olympiques ira en Chine pour les Jeux olympiques de Pékin.

Photo : Radio-Canada

Les trois équipes manitobaines représentées par les capitaines Kerri Einarson, Jennifer Jones et Tracy Fleury seront parmi les favorites, sans oublier l’Ontarienne Rachel Homan. Celle-ci voudra retourner aux Jeux olympiques et oublier sa contre-performance à Pyeongchang en 2018.

Amélie Blais croit que les performances de Kerri Einarson au cours des deux dernières années, surtout avec ses deux championnats canadiens, dont celui à Moose Jaw en 2020, doivent lui donner une place de choix sur un gain aux essais olympiques.

Sur papier on pense que l’équipe Einarson est favorite, mais elle connait des difficultés présentement. Si elles jouent à plein régime, elles pourraient tout gagner, avance M. Charette.

La capitaine du Canada se prépare à faire un lancer. (archives)

Kerri Einarson a a remporté le Tournoi des Coeurs en 2020 et 2021. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Cependant, l’équipe de Tracy Fleury, moins connue du grand public, pourrait se faufiler, selon Pierre Charette.

Tracy Fleury

La Manitobaine Tracy Fleury pourrait se faufiler lors des essais olympiques.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Il n’y a pas une équipe plus hot qu’elles en ce moment. C'est la première équipe au monde. Vont-elles ressentir un peu de pression?, se demande-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !