•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tencent achète le studio japonais de jeux vidéo Wake Up Interactive

Deux mains en train de jouer à un jeu sur téléphone mobile.

Tencent signe le jeu mobile «Honor of Kings», calqué sur le populaire «League of Legends», un véritable phénomène culturel en Chine.

Photo : Tencent

Agence France-Presse

Le géant chinois d'Internet et des jeux vidéo Tencent a mis la main sur le studio japonais Wake Up Interactive, qui a signé plusieurs titres pour les consoles Nintendo Switch et PlayStation, selon l'agence Bloomberg.

Tencent, qui signe notamment le jeu mobile à succès Honor of Kings, a acquis 90 % des parts du studio pour plus de 5 milliards de yens (55,3 millions de dollars canadiens), selon ce qu'a indiqué Bloomberg, qui cite des personnes proches du dossier.

Le studio japonais possède déjà le développeur tokyoïte Soleil, derrière plusieurs succès pour la console Nintendo Switch (Ninjala) et la PlayStation 4 (Samurai Jack: Battle Through Time).

Des restrictions en Chine

Tencent a souffert ces derniers mois des nouvelles restrictions réglementaires en Chine sur les jeux vidéo et le secteur technologique.

Les autorités imposent en effet depuis la fin de l'été une limite hebdomadaire de trois heures maximum de jeux vidéo en ligne aux moins de 18 ans, afin de réduire la dépendance aux écrans chez les plus jeunes.

Le groupe chinois a annoncé cette semaine que ses ventes n'avaient progressé au troisième trimestre que de 13 % sur un an, le rythme le plus lent depuis 2004.

Le rachat de Wake Up Interactive est l'un des nombreux accords que Tencent a conclus avec des fabricants japonais de jeux vidéo cette année, selon Bloomberg.

En septembre, les fabricants chinois de jeux vidéo, dont Tencent, se sont engagés à éviter tout contenu politiquement préjudiciable de leurs produits et à respecter les restrictions imposées aux personnes mineures.

Plus tôt cette année, Tencent avait été contraint à renoncer à ses droits musicaux exclusifs pour la diffusion en continu, le régulateur accusant l'entreprise de mener une concentration illégale d'opérateurs commerciaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !