•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De 340 gouvernements locaux à « moins de 100 », selon le ministre Allain

Daniel Allain devant un drapeau du Nouveau-Brunswick.

Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, en 2020

Photo : Radio-Canada

Le ministre de la gouvernance locale, Daniel Allain, compte présenter son livre blanc, soit le plan de réforme municipale, « dans les prochains jours ». Dans une déclaration en Chambre, il a précisé que le nombre d'entités municipales passerait de 340 à moins d'une centaine.

Daniel Allain a dit espérer que cette réforme jetterait les bases d'une meilleure gouvernance municipale pour les années à venir.

Nous allons réduire le nombre d’entités [municipales] de 340 à moins de 100 et nous allons régler le déficit démocratique qui existe actuellement, a déclaré M. Allain.

« Je crois que ce seront des changements assez significatifs. Certains diront historiques. Moi, je crois qu’on va changer le partenariat entre le gouvernement provincial et les gouvernements locaux. »

— Une citation de  Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale

Le livre blanc sur la réforme de la gouvernance sera présenté le 18 novembre. Le ministre Daniel Allain a effectué une série de consultations publiques au cours des derniers mois afin de le réaliser.

Quel avenir pour les DSL?

Le Nouveau-Brunswick compte actuellement 236 districts de service locaux (DSL) et 104 gouvernements locaux, comme des villes et des villages. Le ministre n'a pas précisé si la diminution des entités se traduirait par des fusions. Dans son livre vert présenté en avril, Daniel Allain évoquait plusieurs modèles de regroupements, comme des municipalités régionales ou des regroupements de DSL.

Daniel Allain en point de presse

Daniel Allain indique que des changements viseront les actuels DSL, sans en préciser la nature.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Le ministre ne s'est pas avancé à dire si les DSL disparaîtront dans leur forme actuelle.

Ça, c’est à voir. On verra certainement jeudi. Il y a cependant une composante pour les gens qui vivent en milieu rural, a indiqué M. Allain.

Daniel Allain n'a pas voulu dire si ces changements se traduiront par une hausse de l'imposition pour les résidents des DSL.

« Je ne promets rien à personne. Ce que nous ferons, c’est travailler avec les communautés; et nous aurons un plan pour l’imposition qui s’adressera aux municipalités et aux DSL. »

— Une citation de  Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale

Le ministre a précisé que les changements législatifs nécessaires à la mise en oeuvre du livre blanc seront introduits au cours de l’actuelle session législative, et donc d'ici la fin du mois de décembre.

Nous allons faire en sorte que les services régionaux soient offerts de façon efficace. Nous allons améliorer le cadre relatif à la planification de l’utilisation des terres pour assurer que le bon aménagement a lieu au bon endroit, a exposé Daniel Allain.

De son côté, le député Kevin Arseneau a dit espérer que le livre blanc permettra d'encourager l'autodétermination des régions rurales et que le gouvernement présentera parallèlement à sa réforme un plan de développement régional.

De son côté, Jules Bossé, président de l’Association des districts de services locaux du Nouveau-Brunswick, a hâte de connaître le contenu du livre blanc.

On est content de voir que ça va avancer d’un côté, et puis on se pose des questions à savoir quelle place aur[ont] les DSL dans cette réforme; c’est la grande question, dit-il. 

M. Bossé espère voir des changements concrets et positifs. Le bateau est à la dérive, ça fait 50 ans. M. Allain, ça fait 1 an qu’il est en poste et a annoncé la réforme. Est-ce qu’il a pris le contrôle du gouvernail, on ne le sait pas encore. Est-ce que le bateau est stabilisé, on ne le sait pas encore, le livre blanc va nous le dire. Donc nous, dans notre cas, il y a beaucoup de choses à régler, affirme-t-il.

Par courriel, l’Association francophone des municipalités du N.-B. se montre prudente et attend de connaître les détails du plan de la réforme municipale.

Même si ces quelques points [les détails donnés par le ministre Allain] semblent aller dans le bon sens, il nous manque encore beaucoup d’informations afin de pouvoir juger si cette réforme viendra répondre aux besoins et aux demandes de ses membres. Nous sommes donc impatients de connaître le contenu du livre blanc en détail, et de voir si la réforme dotera la province et sa population de gouvernements locaux durables et viables, capables d’affronter les défis actuels et futurs.

Avec les informations du Téléjournal Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !