•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Un médecin pour tous » est utopique dans le contexte actuel, selon un médecin

Un médecin tient un stéthoscope.

Québec s'engage à fournir un médecin de famille à chaque Québécois (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Promettre un médecin de famille à tous les Québécois est irréaliste, selon un médecin de Sherbrooke.

Du moins, le Dr Benoît Heppel estime qu'il s'agit d'une utopie dans le contexte actuel.

C’est un cadeau de Noël qui n'arrivera jamais, ni cette année ni l'année prochaine que tous les Québécois aient un médecin de famille inscrit à qui on peut être fidèle, estime celui qui médecin de famille et chef du département clinique de médecine générale du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Québec a déposé un projet de loi, jeudi, qui permettrait notamment qu'un patient puisse voir un médecin au maximum 36 heures après la prise d'un rendez-vous.

« Ce dont les gens ont besoin, c'est d'avoir accès à des services de première ligne. Ce qu’on fait au quotidien, ça relève souvent d'un autre professionnel que d’un médecin de famille.  »

— Une citation de  Dr BenoÎt Heppel, médecin de famille

Par manque d’accès, les gens viennent nous voir. Si nous étions appuyés par des travailleurs sociaux, des physiothérapeutes et des psychologues, nous verrions plus de patients et on ferait ce pour quoi nous sommes formés, affirme le Dr Heppel.

Le nouveau projet de loi ne prévoit aucune cible ni pénalité, mais il donne au gouvernement le pouvoir d'agir si les choses ne fonctionnent pas à son goût.

Un règlement pourrait par exemple déterminer le pourcentage de plages horaires qu'un médecin doit rendre disponible la semaine avant 8 h et après 19 h, ainsi que le samedi et le dimanche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !