•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kamouraska, entre développement et quiétude

La municipalité de Kamouraska.

Kamouraska (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Pour la toute première fois de son histoire, Kamouraska aura une femme à la tête de son conseil municipal. La nouvelle mairesse élue, Anik Corminboeuf, a obtenu la confiance des citoyens lors du scrutin du 7 novembre dernier.

Aussi connue pour être la directrice du Musée régional de Kamouraska, Mme Corminboeuf souhaite maintenant mettre la main à la pâte au bénéfice de ses concitoyens.

Mon travail au musée m'a amenée à constater à quel point la vie touristique et la vie culturelle de Kamouraska est importante. Je m'épanouis dans ce milieu-là et j'ai le goût de contribuer, à ma façon, à le rendre encore plus beau, affirme la mairesse élue.

L'implication citoyenne de Mme Corminboeuf, arrivée dans la région en 2005, l'a aussi incitée à proposer sa candidature aux Kamouraskois.

J'ai été présidente du Comité Famille, ce qui m'a menée à contribuer à la première mouture de la Politique familiale de la Municipalité. Je dois vous avouer que cette politique a besoin d'être mise à jour, chose que je compte faire rapidement, admet la nouvelle élue.

« Il faudra aussi adopter une Politique des aînés. À Kamouraska, c'est une réalité : la population est vieillissante et nous avons besoin d'une base cohérente sur laquelle s'appuyer pour prendre les meilleures décisions à long terme. »

— Une citation de  Anik Corminboeuf, mairesse élue de Kamouraska
Anik Corminboeuf sourit à la caméra.

Anik Corminboeuf, mairesse élue de Kamouraska.

Photo : Guy Dionne

Le quai Taché

Du même souffle, la mairesse l'avoue sans détour : elle aimerait être la dernière à qui la responsabilité de la réfection du quai Taché est confiée.

Si la portion sud du quai a fait l'objet de travaux majeurs en 2013, la portion nord-est toujours laissée à elle-même, dans un état que plusieurs considèrent comme étant pitoyable, y compris le maire sortant Gilles A. Michaud.

C'est l'éléphant dans la pièce, à Kamouraska, tranche Mme Corminboeuf. Ce n'est peut-être pas notre plus grand défi, mais visuellement, c'est celui qui saute aux yeux.

Si la mairesse élue souhaite que l'infrastructure soit finalement rénovée, elle admet que la capacité de payer des Kamouraskois a ses limites.

« Il faudra voir où l'administration précédente en était rendue, dans ce dossier. Je vous avoue qu'à 579 habitants, si la facture demandée pour rénover le quai est astronomique, il faudra étudier nos options. »

— Une citation de  Anik Corminboeuf, mairesse élue de Kamouraska
Le quai Taché de Kamouraska est clôturé pour empêcher son utilisation.

Le quai Taché de Kamouraska est clôturé pour empêcher son utilisation, compte tenu de son état de vétusté avancé. (archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Chose certaine, Mme Corminboeuf songe à solliciter de nouveau les autres paliers de gouvernement pour en arriver à une réfection rapide.

Joint par Radio-Canada, le député fédéral de Montmagny–L’Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup, Bernard Généreux, a répondu dans une déclaration écrite qu'il est extrêmement heureux du grand intérêt de la mairesse de Kamouraska, Mme Anik Corminboeuf pour la réfection du quai. Il a aussi affirmé qu'il souhaite travailler de concert avec elle pour réaliser cette promesse qu'il [Bernard Généreux] a faite durant l’élection [fédérale].

Conjuguer développement et quiétude

Sur un autre enjeu, la mairesse élue dit vouloir assurer le développement de la Municipalité. Toutes les Municipalités ont ce défi, nous ne sommes pas étrangers à ça. La question qu'on doit de poser, c'est de quelle manière on souhaite le faire.

« On souhaite que les commerçants puissent avoir une vie dynamique à l'année, et pas seulement durant la saison estivale, qui est touristique. En revanche, les gens ont aussi besoin d'un répit après la frénésie de l'été. On doit donc travailler à marier ces deux réalités. »

— Une citation de  Anik Corminboeuf, mairesse élue de Kamouraska
Kamouraska

Mme Corminboeuf souhaite trouver un équilibre entre le développement de la municipalité et la quiétude des citoyens de Kamouraska.

Photo : Radio-Canada

En plus, avec la rareté de main-d'œuvre, on a de la difficulté à conserver nos commerces ouverts cinq jours par semaine, durant l'été. Est-ce réaliste de penser à accentuer notre développement à ce moment-ci? Je n'ai pas la réponse tout de suite, ajoute Mme Corminboeuf.

Pour ce qui est du développement résidentiel en contexte de rareté de logis, la mairesse élue admet que Kamouraska est un peu menottée. On a le fleuve au nord et les terres agricoles au sud. Le seul endroit qui pourrait faire l'objet d'un développement, c'est l'avenue Morel (route 132). Encore là, c'est très limité comme possibilité.

Un souci environnemental

Qu'à cela ne tienne, la mairesse insiste : elle veut que les prochaines décisions du conseil municipal soient adoptées en prenant en considération l'environnement.

« Je songe sérieusement, par exemple, à ce qu'on se dote de bornes de recharge rapides pour véhicules électriques. Chaque petit geste compte et si on peut contribuer à préserver notre environnement, c'est certain qu'on le fera. »

— Une citation de  Anik Corminboeuf, mairesse élue de Kamouraska

Conflit d'intérêts?

Finalement, la mairesse élue assure que les possibilités de conflit d'intérêts entre son rôle de mairesse et celui de directrice du Musée régional de Kamouraska sont très limitées.

La Municipalité ne verse aucune somme financière au musée. La seule chose qu'on reçoit de la Municipalité, comme nous sommes un organisme à but non lucratif, c'est un remboursement des taxes, tranche Mme Corminboeuf.

« C'est la Commission municipale qui fait l'analyse du dossier. Cette décision est revue tous les 10 ans. Si on remplit toutes les conditions [au musée], nous sommes éligibles. »

— Une citation de  Anik Corminboeuf, mairesse élue de Kamouraska
La façade du Musée régional de Kamouraska.

Anik Corminboeuf est aussi directrice du Musée régional de Kamouraska. (archives)

Photo : Société des musées du Québec

Quant aux futures décisions en lien avec le Musée régional de Kamouraska qui seront prises par le conseil municipal, Anik Corminboeuf se retirera simplement des discussions et du vote lors des séances ordinaires et extraordinaires.

Anik Corminboeuf a obtenu l'appui d'un peu plus de 53,6 % des Kamouraskois, lors du scrutin du 7 novembre. Elle a devancé son opposante, la conseillère sortante Viviane Métivier, par 29 voix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !