•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les grands défis de la nouvelle mairesse de Sherbrooke

Évelyne Beaudin prend place pour la première fois à son nouveau bureau à l'hôtel de ville.

Évelyne Beaudin prend place pour la première fois à son nouveau bureau à l'hôtel de ville.

Photo : Radio-Canada / RÉJEAN BLAIS

Le vendredi 12 novembre, Évelyne Beaudin sera officiellement assermentée comme mairesse de Sherbrooke. L'effervescence de la victoire a vite fait place à la grandeur de la tâche qui attend celle qui a aussi fait élire sept autres candidats de son parti, Sherbrooke citoyen.

Deux jours plus tôt, c'est avec solennité et émotion que le maire sortant, Steve Lussier, s'est adressé une dernière fois aux médias. Digne devant la défaite et reconnaissant du privilège qu’il a eu de guider la destinée des Sherbrookois pendant quatre ans, il laisse, avec chagrin, le bureau de la mairie.

Évelyne Beaudin, pour sa part, est habitée par des sentiments partagés. Elle est heureuse d’enfin pouvoir entrer dans ses nouveaux espaces de travail, mais reste empathique face à la tristesse qui habite son prédécesseur. Alors que le maire sortant et son équipe quittent l’hôtel de ville, on nous invite à franchir les portes sécurisées de la mairie.

Évelyne Beaudin et Steve Lussier lors de la passation des pouvoirs à la mairie de Sherbrooke.

Évelyne Beaudin et Steve Lussier lors de la passation des pouvoirs à la mairie de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / RÉJEAN BLAIS

Je découvre en même temps que la nouvelle mairesse et ses adjoints – Claude Dostie, son directeur de cabinet et Marilyne Fontaine, son attachée politique – leurs nouveaux espaces de travail. C’est un endroit que peu ont l’occasion de visiter. Ils sont eux-mêmes impressionnés par la dimension des lieux où ils passeront des milliers d’heures dans les années à venir. Juste en face de ce bureau ovale de Sherbrooke se trouve le local de son équipe. Claude Dostie et Marilyne Fontaine font le tour de leur nouvel espace de travail attenant à une grande salle de réunion utilisée par le conseil exécutif.

On n'a pas à envier aucun autre hôtel de ville au Québec. J’en ai pas vu de plus beau, s’émerveille Évelyne Beaudin, alors qu’elle circule d’un bureau à l’autre.

Évelyne Beaudin et sa garde rapprochée font leur entrée dans les bureaux de la mairie.

Évelyne Beaudin et sa garde rapprochée font leur entrée dans les bureaux de la mairie.

Photo : Radio-Canada / RÉJEAN BLAIS

La mairesse et ses deux collaborateurs prennent un malin plaisir à explorer les corridors et à profiter de la visite guidée qui leur est offerte par Nancy Corriveau, du service des communications de la Ville. De retour dans son nouveau bureau, Évelyne Beaudin s’assoie et discute des prochaines étapes. On devine que tout va très vite dans sa tête. Elle sait que les attentes sont grandes et qu’il y a beaucoup de promesses à réaliser et de changements à apporter.

La réforme de la gouvernance

Dans un premier temps, elle sera en mesure de rencontrer un à un les candidats qui ont été élus pour déterminer les mandats qui leur seront confiés. Comme un premier ministre qui compose son conseil des ministres, elle doit faire des choix en tenant compte de la représentativité et des intérêts de chacun.

« Il faut s’assurer qu’on a les meilleures personnes aux meilleures places. C’est un casse-tête d’autant plus que je ne peux pas faire les nominations en me basant sur l’ancienne gouvernance, parce que je veux la réformer. »

— Une citation de  Évelyne Beaudin, mairesse de Sherbrooke

La réforme de la gouvernance est en effet un des grands changements qu’Évelyne Beaudin propose aux Sherbrookois et qu’elle pense pouvoir arriver à instaurer au début de la prochaine année. Quelque temps avant le début de la campagne, elle avait publié un ouvrage d’une cinquantaine de pages sur les changements qu’elle souhaitait effectuer au conseil municipal. Elle veut en quelque sorte briser la culture de la réunionite développée au fil des ans et rendre les groupes de travail plus efficaces. Elle souhaite notamment transformer les 27 comités politiques en 6 commissions. Par exemple, les comités consultatifs d’urbanisme et d'agriculture, et les comités de démolition et du patrimoine seront tous regroupés sous la Commission de l’aménagement du territoire.

Évelyne Beaudin discute avec son directeur de cabinet, Claude Dostie, et son attachée politique, Marilyne Fontaine.

Évelyne Beaudin discute avec son directeur de cabinet, Claude Dostie, et son attachée politique, Marilyne Fontaine.

Photo : Radio-Canada / RÉJEAN BLAIS

Elle veut aussi revoir la rémunération des conseillers municipaux pour qu’elle soit plus équitable et mieux répartie en fonction de la charge de travail et des responsabilités qui leur sont attribuées. Elle propose en quelque sorte un conseil municipal plus efficace et plus cohérent pour le même prix.

J’ai pris l'enveloppe salariale globale. J’ai bougé les comités à l’intérieur et j’ai divisé la même enveloppe avec les nouveaux comités. Ça nous fait même sauver de l’argent parce qu'on gagne en efficacité.

Évelyne Beaudin souhaite également proposer de la formation continue aux conseillers tout au long de leur mandat. Pour ce faire, elle a déjà approché l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke pour qu’elle offre son expertise.

Celle qui plaide depuis des années pour plus de transparence compte aussi établir une voie de communication directe entre le citoyen et le conseil municipal en créant cinq instances citoyennes comme le Conseil de la diversité culturelle, le Conseil des femmes, des jeunes, des personnes aînées et des personnes handicapées. Elle a aussi l’intention de créer un secrétariat à la gouvernance qui s’assurera de veiller à la participation citoyenne dans les affaires de la municipalité.

Le défi budgétaire

La préparation du budget est assurément un autre chantier important, d’autant plus qu’il doit être adopté avant les Fêtes. Évelyne Beaudin ne se dit pas tant préoccupée par le budget des opérations, mais plutôt par celui des immobilisations : l’entretien des routes, des aqueducs et des égouts, des immeubles, des véhicules.

Ça fait longtemps que je fais des cauchemars sur l’entretien de nos actifs. Quand je regardais le chiffre de la vérificatrice générale, on a un déficit d’entretien dans toutes nos catégories d’actifs. Il faudrait mettre 88 millions de dollars par année dans nos entretiens [contrairement aux 43 millions actuels].

« On n'a pas le choix d’aller chercher de nouveaux revenus, sinon on n'y arrivera pas. On ne peut pas doubler le compte de taxes des citoyens. Ce serait irresponsable. Il faut donc trouver d'autres choses. »

— Une citation de  Évelyne Beaudin, mairesse de Sherbrooke
Le boulevard Bourque à Sherbrooke.

La nouvelle mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin, estime qu'il faudra trouver d'autres sources de financement pour entretenir les actifs de la Ville.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Les nouvelles sources de revenus auxquelles elle pense, ce sont les redevances aux développements et les ententes promoteurs. Dans le premier cas, il s’agit d’imposer aux promoteurs immobiliers des redevances pour chaque mètre carré déboisé dans les nouveaux développements. D’après nos recherches, ce serait une des avenues les plus prometteuses. Elle a le double avantage d’amener de nouveaux revenus surtout dans un contexte de boom immobilier à Sherbrooke. Aussi, ça limite l’étalement urbain.

Ensuite, ce sera de partager les coûts entre les promoteurs et la Ville pour la construction des trottoirs dans un nouveau quartier, par exemple. On a remarqué que la Ville payait des choses qui, dans d’autres villes, étaient payées par le promoteur. Ça aussi ce sont quelques millions de dollars [de plus pour la Ville].

Un changement de culture s’opérera visiblement avec l'arrivée de cette nouvelle administration. Les séances du conseil qui se tiennent depuis toujours les lundis devraient être déplacées le mardi ou le mercredi, ce qui évitera aux élus de devoir consacrer une partie de leur fin de semaine à préparer leurs dossiers. Les gens veulent avoir un certain équilibre de vie. On va vraiment essayer d’améliorer ça, souligne la mairesse de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !