•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus qu’un seul parent au conseil d’administration du CSS des Chic-Chocs

Une mère aide son fils dans ses lectures. Ils sont installés côte à côte à une table de cuisine.

Quatre postes d'administrateurs réservés aux parents sont vacants au conseil d’administration du Centre de services scolaire des Chic-Chocs.

Photo : Radio-Canada

Le recrutement de parents administrateurs pour pourvoir aux postes vacants du conseil d’administration du Centre de services scolaire des Chic-Chocs (CSS) s’avère plus difficile que prévu.

Lors de la rencontre du comité de parents, mardi soir, aucun membre n'a voulu se présenter pour siéger au conseil d'administration du CSS.

Trois postes de membres-parents sont vacants depuis la démission au printemps de trois parents. Un nouveau poste vacant s’est ajouté dimanche avec l’élection de la vice-présidente du Centre de services scolaire, Karine Fournier, à un poste de conseillère municipale.

La présidente du conseil d’administration, Julie Pariseau, est la seule représentante des parents au sein du conseil d'administration, constitué de 15 membres et d’un représentant du personnel administratif sans droit de vote.

Ce sont donc les titulaires de quatre postes dévolus aux parents que devait nommer le comité de parents.

Les membres du comité de parents ont invoqué, entre autres, le manque d'information sur le rôle et les responsabilités des membres parents au conseil d’administration pour expliquer leur réticence à se présenter.

Un lien de confiance à rebâtir

Selon la présidente du Comité de parents, Christiane Rheault, le lien de confiance entre le Centre de services scolaire des Chic-Chocs et son Comité de parents est à reconstruire.

La volonté de s'impliquer des membres du comité est présente, assure-t-elle, mais des questions demeurent.

« Il y a une volonté de s'impliquer, mais pas à n'importe quel prix et pas non plus les yeux fermés. »

— Une citation de  Christiane Rheault, présidente du Comité de parents

Elle souligne que le climat à l'interne l'année scolaire passée freine la volonté d'implication, alors que le CSS faisait face à de multiples démissions au sein de son C.A.

Cependant, la situation s'améliore, selon elle.

La présidente du Comité de parents salue d'ailleurs les efforts de communication et la volonté de collaboration du Centre de services scolaire des Chic-Chocs.

J'ai vraiment vraiment confiance qu'au niveau des communications et du climat, les choses vont aller de mieux en mieux, dit-elle.

Le comité de parents n’a pas non plus fait le plein de bénévoles. Normalement, le comité devrait compter un représentant de chacun des 17 comités d’établissement. Ce qui n'est pas le cas présentement. Seuls dix parents siègent au comité.

Une réflexion saine

Le directeur général par intérim du Centre de services scolaire des Chic-Chocs, Bernard D’Amours estime que le questionnement des parents est légitime.

Les parents n’ont pas dit qu’ils ne voulaient pas être au conseil, souligne M. D’Amours.

Il croit que les parents désigneront sous peu de nouveaux administrateurs. Ils veulent prendre leur temps pour y réfléchir considérant ce que cela implique. Je trouve ça sain. Ils nommeront des gens lorsqu’ils seront prêts.

Le conseil d’administration demeure fonctionnel, même si les parents, qui détiennent le tiers des postes du conseil d’administration, sont absents.

Leur présence reste importante et essentielle pour faire le pont entre la vie à l’école et le centre de services, indique M. D’Amours qui invite les gens à s’engager. C’est important. On regarde vers l’avant. On est reparti sur de nouvelles bases. Il faut nous faire confiance. On est en train de revoir notre gouvernance.

Une exception

La situation au CSS des Chic-Chocs est exceptionnelle, selon le président de la Fédération des comités de parents du Québec, Kévin Roy.

M. Roy admet qu’il y a certains ajustements à faire dans la nouvelle gouvernance mise en place par la ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, mais il souligne que ça se déroule très bien dans l’ensemble des autres centres de services scolaires.

Il observe que pour s’engager les parents ont besoin de sentir que leur point de vue ou leurs commentaires sont discutés et pris en compte. Quand les décisions à prendre ont un impact réel sur la réussite des élèves, sur la vie à l’école, c’est là que les parents ont le goût de s’impliquer davantage , fait valoir M. Roy. Le président de la Fédération des comités de parents ajoute qu’il est tout de même important que tous aient les mêmes attentes et comprennent bien leur rôle.

Deux postes, un issu de la communauté et l’autre en provenance du personnel, sont aussi à pourvoir. Les nominations devraient être effectuées dans les prochaines semaines.

Le dépôt du rapport d’enquête sur la gestion du CSS des Chic-Chocs, attendu pour la rentrée, a été reporté à une date indéterminée.

Bernard D’Amours assure que ce sera fait d’ici quelques semaines. C'est le conseil d'administration qui décidera s'il y a lieu de rendre le document public, indique le DG.

M. D'Amours, qui a été nommé en août dernier pour assurer l’intérim à la direction générale, devait demeurer en poste quelques semaines. Ce sera plus long. Je serai là, tant qu’il le faudra , dit-il.

La prochaine réunion du comité de parents aura lieu le mardi 14 décembre, celle du conseil d’administration le 15 février 2022.

Avec les informations de Pierre-Chapdelaine de Montvalon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !