•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens se souviennent

Un soldat fait une prière sur la tombe d'un camarade tombé au combat.

Plus de 112 000 Canadiens et Canadiennes ont perdu la vie au cours des guerres auxquelles a participé le pays au cours de son histoire.

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Les citoyens se sont de nouveau réunis autour des cénotaphes et monuments de guerre jeudi à travers le Canada pour honorer la mémoire des militaires qui ont servi le pays au péril de leur vie.

Les cérémonies du jour du Souvenir renouent avec le public qui, un an plus tôt, devait éviter de s'y rendre en raison des contraintes sanitaires imposées durant la deuxième vague de la pandémie de COVID-19.

Les citoyens, les soldats et les anciens combattants étaient nombreux jeudi matin à Ottawa sous un soleil radieux pour assister à la cérémonie qui se déroulait au pied du Monument commémoratif de guerre du Canada, où le port du masque et la distanciation physique étaient de mise en cette quatrième vague de COVD-19.

La cérémonie a dû être retardée en raison d'un enjeu de sécurité qui a rapidement été résolu, selon le ministère des Anciens Combattants. La présence d'un colis suspect a obligé le premier ministre Justin Trudeau à retarder de dix minutes son arrivée sur les lieux à la demande des forces policières.

Justin Trudeau et Sophie Grégoire tiennent une couronne de fleurs,

Le premier ministre Justin Trudeau et son épouse Sophie Grégoire ont déposé une couronne de fleurs devant le Monument commémoratif de guerre du Canada en compagnie de la gouverneure générale du Canada, Mary Simon, à l'arrière-plan sur la photo.

Photo : Reuters / PATRICK DOYLE

Une zone avait spécialement été aménagée tout près du monument pour les vétérans où se trouvaient les dignitaires, les hauts gradés ainsi que le premier ministre Justin Trudeau et la nouvelle gouverneure générale du Canada, Mary Simon, qui arborait l'uniforme de l'Aviation royale canadienne pour l'occasion.

Rappelons qu'au Canada, le commandement suprême des armées – à titre honorifique – incombe à la gouverneure générale, représentante de la Reine Élisabeth II au Canada.

Comme le veut la tradition, L'Acte du Souvenir a été lu en français, en anglais et dans une langue autochtone.

Des anciens combattants saluent le drapeau.

Des anciens combattants ont pris part à une cérémonie au cimetière national du Canada, à Ottawa.

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

Une Québécoise mère nationale de la Croix d'argent

Cette année, c'est Mme Josée Simard, mère de la soldate Karine Blais, tuée en Afghanistan en 2009, qui incarne la mère nationale de la Croix d’argent, une distinction remise chaque année au Canada à la mère d'un soldat tombé au combat au nom de toutes les mères qui ont perdu un fils ou une fille à la guerre.

Sa fille, Karine Blais, originaire des Méchins en Gaspésie, a perdu la vie à l'âge de 21 ans, le 13 avril 2009, lorsque le véhicule blindé qu'elle conduisait a roulé sur un engin explosif, près de Kandahar. La caporale Karine Blais, qui était membre du 12e Régiment des blindés, basé à Valcartier, est la première et la seule Québécoise à être tombée au combat en Afghanistan.

Karine Blais originaire des Méchins, est morte au combat à Kandahar en Afghanistan, en 2009.

Karine Blais originaire des Méchins est morte au combat à Kandahar en Afghanistan, en 2009.

Photo : Forces armées canadiennes

Pas de défilé à Ottawa

La Légion a toutefois été contrainte d'annuler le défilé des vétérans, à Ottawa, auquel ont assisté dans le passé des vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée aux côtés des vétérans de plus récents conflits et d'opérations internationales.

Des filiales de la Légion royale canadienne à travers le pays ont aussi renoncé à tenir des événements en raison de la pandémie, qui n'est pas encore derrière nous.

Une caporale des forces aériennes console deux enfants dans un cimetière en Colombie-Britannique.

Le 11 novembre marque un temps d'arrêt pour honorer la mémoire des hommes et des femmes qui ont donné leur vie au service de leur pays.

Photo : The Canadian Press / CHAD HIPOLITO

En prévision du jour du Souvenir cette année, des questions ont été soulevées quant à la possibilité de mettre le drapeau canadien en berne le 11 novembre alors qu'il l'était déjà depuis la mi-mai à la mémoire des personnes qui sont mortes sur les lieux d'anciens pensionnats pour enfants autochtones, dont les sépultures anonymes ont été découvertes dans les derniers mois.

Dimanche, le gouvernement fédéral a donné la consigne de hisser le drapeau canadien sur les édifices publics, avant de le mettre en berne de nouveau jeudi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !