•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies : ne concluez pas d’accords individuels avec Ottawa, demande Ford aux villes

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, se tient derrière Justin Trudeau.

Alors que l’accord se fait toujours attendre sur le financement des places en garderie à 10 $, Doug Ford demande aux municipalités de ne pas interférer entre la province et Ottawa.

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Radio-Canada

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, veut que les municipalités attendent que son gouvernement négocie un accord avec Ottawa sur les garderies plutôt que d'essayer d'entamer leurs propres négociations.

M. Ford a fait ce commentaire mercredi alors que certains conseils municipaux ont commencé à envisager officiellement de demander à Ottawa de travailler avec eux sur des services de garde d'enfants à 10 $ par jour tandis que les pourparlers fédéral-provincial se poursuivent.

Le conseil municipal de Toronto devait examiner une motion sur le sujet cette semaine. Le conseil régional de Niagara a demandé à son personnel d'étudier ses options. De plus, les conseillers de Hamilton devraient en discuter plus tard ce mois-ci.

Le gouvernement libéral fédéral a conclu des ententes avec sept provinces et un territoire dans le cadre de son plan quinquennal de garde d'enfants de 30 milliards $.

Restons unis en tant que province, demande Ford

L'Ontario n'a pas encore signé d'accord, malgré une première rencontre le 3 novembre entre le ministre ontarien de l'Éducation, Stephen Lecce, et la ministre fédérale de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould.

Indiquant son désaccord avec l'initiative des municipalités, Doug Ford les a implorés de ne pas conclure d'accords parallèles avec le gouvernement fédéral alors que les pourparlers se poursuivent.

« Restons unis en tant que province. [...] En demeurant forts et unis, nous aurons un accord bien meilleur. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

La critique de l'opposition néo-démocrate en matière d'Éducation s'est dite consternée par la position adoptée par le premier ministre et l'a appelé à conclure un accord avec Ottawa maintenant.

« Si d'autres provinces peuvent le gérer, il n'y a aucune raison pour que les Ontariens attendent toujours. [...] Il faut permettre aux familles de reprendre le travail. »

— Une citation de  Bhutila Karpoche, critique du NPD de l'Ontario en matière d'Éducation

Interrogé mercredi sur sa position, le maire de Toronto, John Tory, a déclaré qu'il était hautement préférable de conclure un accord impliquant toute la province, ajoutant que beaucoup de ceux qui travaillent à Toronto vivent à l'extérieur de la ville.

John Tory devant des drapeaux.

Le maire de Toronto, John Tory

Photo :  (Evan Mitsui/CBC)

La motion que le conseil municipal étudiera cette semaine vise à ce que la Ville Reine explore ses options si la province échoue à trouver un accord avec Ottawa, selon une porte-parole de la Ville de Toronto. M. Tory a suggéré qu'il aimerait voir un accord conclu entre les deux ordres supérieurs de gouvernement avant les vacances de Noël, ce qui, selon lui, serait un excellent cadeau pour les parents. Une porte-parole de la ministre Karina Gould a déclaré mardi que le gouvernement fédéral était  optimiste  quant à un accord avec les autres juridictions. Mikaela Harrison a également déclaré que le gouvernement s'est engagé à travailler au programme avec les provinces et les territoires parce qu'ils sont responsables de la garde d'enfants.

Avec les informations de Myriam Eddahia, La Presse canadienne, et CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !