•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Îles-de-la-Madeleine demandent plus de places subventionnées en garderie

Des maisons dans un paysage verdoyant avec une butte rocheuse en arrière-plan.

Le ministère de la Famille avait octroyé entre 25 et 74 places aux Îles, début novembre (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le ministère de la Famille avait annoncé début novembre l’octroi de 25 à 74 places subventionnées additionnelles en garderie aux Îles-de-la-Madeleine, mais le maire, Jonathan Lapierre, en demande plus.

Selon lui, les calculs effectués par le Ministère ne tiennent pas compte de la réalité des Îles ces dernières années, car celui-ci prévoyait une baisse de la population, alors que l’inverse s’est produit.

La demande de places en garderie a extrêmement évolué et augmenté au cours des dernières années parce qu'on a réussi à déjouer tous les pronostics sur la courbe démographique du territoire, détaille-t-il.

Le maire des Îles ajoute que toutes les prévisions indiquent que la population va continuer de croître au cours des prochaines années.

« On veut éviter de frapper encore une fois un mur et de subir les contrecoups de ne pas avoir de place en service de garde à offrir à nos familles. »

— Une citation de  Jonathan Lapierre, maire de la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine

Le ministère de la Famille a annoncé 134 nouvelles places pour compléter le réseau des services de garde éducatifs à l'enfance dans la région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Des services de garde pour pallier le manque de main-d'œuvre

L’accès à des places en garderies subventionnées pour la population est un enjeu majeur pour espérer attirer de nouveaux travailleurs aux Îles et les retenir, et ainsi s’attaquer au manque de main-d'œuvre dans l’archipel.

Le maire Lapierre note que 1500 emplois seront à pourvoir dans les prochaines années aux Îles. La municipalité compte attirer de nombreuses familles dans l’archipel et, pour cela, elle doit pouvoir leur offrir l’infrastructure nécessaire en services de garde.

On se doit de pourvoir des postes qui sont offerts actuellement dans des entreprises et des organisations du territoire pour assurer un continuum de service, donc l'échec n'est pas une option, assure-t-il.

Jonathan Lapierre devant la mer.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine, photographié à Cap-aux-Meules.

Photo : Radio-Canada / Elisa Serret

Jonathan Lapierre demande donc au ministère de la Famille de retourner à sa feuille de calcul.

Il ne chiffre pas précisément le nombre de places en garderie subventionnées nécessaires pour combler les besoins de l'archipel.

Au minimum, il manque une vingtaine de places, mais ce chiffre peut facilement atteindre une centaine de places dans un avenir prévisible, explique-t-il.

Une étude effectuée à la fin de l’été 2019 concluait que 82 places en service de garde étaient requises dans l’archipel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !