•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cyberattaque à T.-N.-L. : la chimiothérapie perturbée, les patients déstabilisés

Joyce Skanes.

Joyce Skanes est atteinte d'un cancer incurable de l’endomètre. Son plus récent traitement de chimiothérapie a été reporté, jeudi dernier, à cause de la panne informatique qui secoue le réseau provincial de la santé.

Photo : Radio-Canada

Joyce Skanes devait subir sa quatrième séance de chimiothérapie palliative jeudi dernier. La Terre-Neuvienne n’a toujours aucune idée du moment où son traitement sera disponible, une procédure qui ralentit l’évolution de son cancer incurable de l’endomètre.

« Je souffre d’un cancer terminal, alors je dois faire tout mon possible pour éviter qu’il se propage. »

— Une citation de  Joyce Skanes

La chimiothérapie est parmi les nombreux services perturbés, depuis le 30 octobre, par une cyberattaque sur le réseau de la santé de Terre-Neuve-et-Labrador.

Dans la zone sanitaire de l’est, les traitements de cancer ont repris en fin de semaine, mais les services de laboratoire et d’imagerie diagnostique sont toujours paralysés. Les autorités doivent donc prioriser les procédures jugées les plus urgentes.

Je veux tellement savoir le processus pour décider qui on doit prioriser, affirme Joyce Skanes, résidente de Conception Bay South, une collectivité à 20 km au sud-ouest de Saint-Jean.

« C’est tellement difficile, pour moi et pour ma famille. J’ai un cancer et on ne fait rien pour m'aider. Je ne sais même pas quand je vais retourner à l’hôpital. »

— Une citation de  Joyce Skanes

Pour résorber l'arriéré, la chimiothérapie est désormais offerte 7 jours sur 7, mais la clinique de Saint-Jean ne peut accueillir qu’environ six personnes par jour, soit la moitié des patients traités quotidiennement avant la panne informatique.

Le manque de communication m'inquiète

Joyce Skanes se sent oubliée et tenue dans le noir. Depuis la semaine dernière, les autorités lui disent que les patients dont les rendez-vous ont été reprogrammés seront contactés. Mais elle n'a pour le moment eu aucune mise à jour.

Ma vie est aussi importante que la vie d’une personne ayant récemment eu son diagnostic, ou une personne dont le pronostic est plus positif. Les oncologues ne devraient jamais décider qui sera traité et qui ne le sera pas, qui va survivre et qui va mourir!, a écrit Joyce Skanes dans une publication Facebook, lundi soir.

Le manque de communication m’inquiète beaucoup. À chaque fois que le téléphone sonne, je saute, a-t-elle ajouté en entrevue, mardi.

Joyce Skanes a reçu son diagnostic en 2019 et a subi une hystérectomie et deux séries de séances de chimiothérapie qui lui ont sauvé la vie. Joyce Skanes était en rémission pendant environ un an, mais son cancer est réapparu plus tôt cette année.

Je répondais bien aux plus récents traitements. J’ai peur que cette cyberattaque nuise à tous mes progrès, s’inquiète-t-elle.

Dans une déclaration, mardi en soirée, la Régie de santé de l'Est indique que tous les patients dont la chimiothérapie devait avoir lieu entre le 30 octobre et le 4 novembre ont été contacté et devraient subir leur traitement au cours de la prochaine semaine.

Notre personnel est en train de reprogrammer les rendez-vous qui devaient avoir entre le 5 novemebre et aujourd'hui [mardi]. Nous croyons que ces rendez-vous seront reprogrammés cette semaine. Les patients touchés seront touchés d'ici la fin de la journée mercredi, indique la porte-parole de la régie.

Le ministre de la Santé a réitéré mardi que des experts engagés par le gouvernement travaillent sans relâche depuis la cyberattaque pour rebâtir les systèmes et rétablir les services.

Plusieurs logiciels dont le système de courrier électronique et le système utilisé pour stocker les données sur les patients sont rétablis dans plusieurs hôpitaux, mais le gouvernement est incapable de préciser quand le système sera fonctionnel à 100 %.

Avec les informations de Peter Cowan, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !