•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UBC octroie trois jours de relâche à ses étudiants cet automne

Chargement de l’image

L'Université de la Colombie-Britannique (UBC), à Vancouver, souhaite améliorer la santé mentale de ses étudiants grâce à cette relâche.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Du 10 au 12 novembre, les étudiants de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) pourront profiter d’un repos bien mérité. Pour la première fois de son histoire, l’Université leur accorde trois jours de relâche d'automne. En contrepartie, les examens seront condensés sur 12 jours au lieu de 16.

L'UBC était l'un des rares grands établissements postsecondaires au Canada à ne pas accorder une telle relâche, selon l'association des étudiants, l'Alma Mater Society. Les étudiants, inquiets de la dégradation de leur santé mentale, demandaient la mise en place d’une telle mesure depuis plusieurs années.

Comme les jours de relâche coïncident avec le jour du Souvenir, les étudiants bénéficient donc de deux jours de congé supplémentaires.

Un compromis entre l’Université et ses étudiants

Nicholas Harterre, étudiant de 4e année au baccalauréat en économie internationale à l’UBC, se réjouit des jours de repos à venir. C’est une très bonne nouvelle, c’est très bien accueilli de la part des étudiants [...] C’est le résultat de plus de quatre ans de négociations avec l’administration.

Pour faire accepter ces jours de relâche à l'Université sans pour autant réduire le volume des cours, il a été décidé de condenser la période d'examens de décembre. Les étudiants n’auront que 12 jours pour passer l’ensemble de leurs examens en décembre, contre 16 jours, l’an passé, le nombre d’examens restant le même.

Les examens de décembre sont beaucoup plus condensés, certains ont même lieu le dimanche, note Nicholas Harterre.

Une pause vitale pour la santé mentale des étudiants

Les cours dans un établissement comme l'UBC peuvent être exigeants. [Une relâche] peut permettre de faire une pause et de se détendre un peu l’esprit, affirme Kin Lo, professeur agrégé à la Sauder School of Business et président du comité de politique universitaire de l’assemblée universitaire de l'UBC.

Cole Evans, président de l’Alma Mater Society (AMS) de l’UBC, indique quant à lui que la pression de la session d'automne est très élevée pour les étudiants, en particulier en novembre, après une période chargée en devoirs et en examens.

La plus forte demande de soutien psychologique est généralement enregistrée pendant les mois d’octobre et de novembre, selon un rapport de l'AMS datant de 2019.

Selon le chercheur Michael Lee, qui se spécialise en santé mentale des étudiants, une relâche automnale peut améliorer leur bien-être, surtout en Colombie-Britannique, à une période où le climat peut avoir des conséquences directes sur la santé mentale.

« Il est important pour nous, administrateurs de facultés et d'universités, d'envisager le bien-être d'un point de vue holistique. »

— Une citation de  Michael Lee, spécialiste en santé mentale des étudiants et professeur au département d'ergologie et d'ergothérapie de l'UBC
Chargement de l’image

Les salles de cours de l'UBC seront vides du 10 au 12 novembre.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Une mesure qui se démocratise

Avec cette annonce, l’UBC emboîte ainsi le pas à de nombreuses universités au pays.

L'Université de l'île de Vancouver offre une « semaine de révisions d’automne », du 8 au 12 novembre, cette année. L'Université Capilano offre une journée de relâche automnale depuis 2018, et des discussions sont en cours pour étendre ce congé à trois jours.

Enfin, l’Université de Victoria (UVic) offre trois jours de repos à ses étudiants en novembre. Selon Karen Johnston, directrice adjointe des affaires publiques de l’Université, cette pause s’est montrée cruciale pour la santé mentale et le bien-être [des étudiants] .

Avec des informations de Michelle Gomez

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !