•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sclérose en plaques : une recherche canadienne sur les signes avant-coureurs

Un corps humain transparent vu de derrière avec le cerveau et ses connexions le long du corps en jaune, on aperçoit également le squelette.

Les chercheurs tenteront de déterminer les signes précurseurs de la maladie au sein de divers groupes.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Des chercheurs tenteront de mieux comprendre les signes avant-coureurs de la sclérose en plaques (SP) afin de cibler davantage de personnes à risque et mieux les soigner. Cette étude sera financée par des organismes du Canada et des États-Unis.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune chronique ciblant le système nerveux central.

La Société canadienne de sclérose en plaques, l'un des organismes qui financeront l'étude, affirme que le Canada affiche l'un des taux de sclérose en plaques les plus élevés du monde.

L'organisme explique que la phase des signes avant-coureurs de la maladie, également appelée phase prodromique, survient avant l'apparition des signes et des symptômes classiques.

L'existence d'un stade prodromique a déjà été établie dans le contexte d'autres maladies neurodégénératives, et de nouvelles données font croire que la sclérose en plaques comporterait, elle aussi, une phase prodromique.

Un projet de recherche de l'Université de la Colombie-Britannique s'emploiera à déterminer les signes précurseurs de cette maladie au sein de divers groupes.

Les travaux porteront sur les signes et les symptômes survenus au cours des années précédant l'apparition de la SP parmi une cohorte de plus de 250 000 personnes vivant en Colombie-Britannique et en Ontario, ou en Suède.

Les chercheurs se baseront sur des renseignements issus de bases de données administratives sur la santé et de registres de patients, ainsi que sur des données relatives au milieu de travail.

Ils essaieront ensuite de comprendre la façon dont ces caractéristiques pourraient varier selon certains facteurs tels le sexe biologique, le statut socioéconomique, le pays de naissance et la forme de sclérose en plaques.

Ils chercheront aussi à savoir comment ces caractéristiques pourraient influer sur le cours de la maladie.

Il pourra alors être possible de découvrir qui sont les personnes qui présentent un risque élevé de cette maladie chronique.

La Société canadienne de la sclérose en plaques croit qu'une meilleure compréhension de la phase prodromique pourrait permettre de retarder l'apparition de la SP grâce à une intervention précoce, ou même d'en prévenir l'apparition.

Le financement de l'étude est aussi assuré par la National Multiple Sclerosis Society, des États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !