•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le Yukon déclare l’état d’urgence en raison de la multiplication des infections

Catherine Elliott s'exprime en conférence de presse.

La médecin hygiéniste en chef par intérim du Yukon, Catherine Elliott, impose de nouvelles mesures sanitaires afin de freiner la transmission et pour éviter que les services de santé ne soient dépassés. (archive - 20 août 2021)

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Radio-Canada

Le Yukon déclare l'état d'urgence en raison de la multiplication des infections au SRAS-CoV-2 au cours des derniers jours et impose de nouvelles mesures sanitaires.

Plus de 80 cas d'infection au SRAS-CoV-2 ont été signalés par la médecin hygiéniste en chef par intérim du Yukon, Catherine Elliott, au cours des trois derniers jours pour un total de 169 cas actifs au territoire.

En raison de cette importante augmentation du nombre de cas d'infections au virus qui cause la COVID-19 et de la transmission communautaire généralisée à Whitehorse, le gouvernement du Yukon déclare immédiatement l'état d'urgence en vertu de la Loi sur les mesures civiles d'urgence.

« Nous devons immédiatement nous serrer les coudes afin d'éviter trop de cas gaves de COVID-19 et protéger notre système de santé. Je vous prie de suivre les nouvelles mesures et de continuer à appuyer nos travailleurs de la santé qui restent dévoués tout au long de cette intervention qui perdure. »

— Une citation de  Dre Catherine Elliott, médecin en chef par intérim du Yukon

La Dre Catherine Elliot recommande que les Yukonnais évitent les déplacements entre les communautés du territoire.

L'état d'urgence permet au gouvernement territorial d'imposer de nouvelles mesures sanitaires comme le recommande la médecin hygiéniste en chef par intérim afin de rapidement freiner la transmission et assurer que les capacités des services de santé du territoire ne soient pas dépassées, explique le communiqué des autorités sanitaires.

Certaines des nouvelles mesures imposées :

  • Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les lieux publics intérieurs et extérieurs quand la distanciation physique ne peut être maintenue.
  • Les rassemblements privés sont limités à un maximum de 10 personnes provenant d'un maximum de deux maisonnées quand tous les participants admissibles à la vaccination sont vaccinés. Les rassemblements privés sont limités à une maisonnée dès qu'un participant admissible à la vaccination n'est pas vacciné.
  • Les rassemblements organisés, y compris les congrès et les mariages sont limités à 25 personnes avec preuve de vaccination et à 50 personnes à l'extérieur.
  • Les événements assis avec billets, y compris les événements artistiques et sportifs, sont limités à 50 % de la capacité de l'établissement où ils ont lieu. Une preuve de vaccination doit être fournie par les participants et la distanciation minimum doit-être maintenue entre les groupes de différentes maisonnées.
  • Les événements religieux sont aussi limités à 50 % de la capacité de l'établissement où ils ont lieu et les participants doivent fournir une preuve de vaccination.
  • Dans les bars, les restaurants et les clubs de nuit, une preuve de vaccination doit être exigée pour le service aux tables et une limite de six personnes par table est imposée. Le service au comptoir, le déplacement des clients d'une table à l'autre et la danse sont interdits.
  • Une preuve de vaccination doit être exigée par les salles d'entraînement, de sport et de yoga. Les sports de haute intensité sont interdits.

Les nouvelles mesures sont en place dès maintenant et les contrevenants seront passibles de sanctions en vertu de la Loi sur les mesures civiles d'urgences à compter du 13 novembre.

Les mesures resteront en place au moins jusqu'au 3 décembre.

La médecin hygiéniste en chef par intérim recommande que les écoles continuent d'accueillir les élèves, mais en imposant le port du masque aux élèves en tout temps, y compris quand ils sont assis à leur pupitre et en interdisant toutes les activités interscolaires.

À compter du 13 novembre, une preuve de double vaccination sera nécessaire pour avoir accès à des lieux désignés. Les autorités sanitaires finalisent actuellement cette liste et elle sera publiée avant le 13 novembre, affirment-elles par voie de communiqué.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !