•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC appelle les Albertains à la prudence lors de leurs achats en ligne

« Si ça semble trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas », rappelle une porte-parole de la GRC.

Quelques touches d'un clavier d'ordinateur, dont une avec un chariot.

Les sites Internet offrant des produits à des prix suspicieusement bas sont souvent des couvertures pour des opérations de fraude, selon la GRC.

Photo : iStock

Radio-Canada

À l’approche du Vendredi fou, du cyberlundi et des fêtes de fin d'année, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) de l’Alberta appelle les gens à bien examiner la crédibilité des sites Internet sur lesquels ils souhaitent faire des achats, et à protéger leurs informations bancaires.

En 2020, la Gendarmerie royale du Canada de l’Alberta a traité 6705 signalements de fraude en ligne dans les régions qu’elle dessert, dont 1172 pour des sommes s’élevant à plus de 5000 $.

Jennifer Kee, spécialiste de la participation communautaire et de la sensibilisation pour la Gendarmerie royale du Canada de l’Alberta, explique que plusieurs cas sont liés à des offres en ligne suspicieusement avantageuses.

Surtout avec les fêtes qui approchent, les gens veulent la meilleure offre, le maximum pour leur argent. Mais attention à ces sites qui vous promettent des 80 % ou 90 % de rabais. Si c'est ce qu’ils offrent, faites vos recherches sur cette compagnie.

Si le site ne contient qu’une brève description et peu d'informations sur la compagnie elle-même, c’est un signal qu'il y a anguille sous roche. S’il est impossible de communiquer par téléphone avec un représentant de l'entreprise, c'est aussi un signal que quelque chose ne va pas.

Et surtout, si ça semble trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas, dit Jennifer Kee.

Par ailleurs, elle souligne qu’il ne faut pas seulement être curieux au sujet de la compagnie de qui on achète, mais aussi de la méthode utilisée pour faire l'achat en question.

Trop souvent, des gens remarquent seulement un mois plus tard, dans leur relevé bancaire, une transaction qu’ils n’ont jamais faite. Un fraudeur a réussi à s’emparer de leurs informations bancaires et les a utilisées pour faire un achat.

La Gendarmerie royale du Canada rappelle aux gens qu’il vaut mieux éviter de faire des transactions bancaires sur des réseaux Internet publics, car ils sont rarement sécurisés. Elle recommande également de changer ses mots de passe souvent et de choisir l’authentification à facteurs multiples sur les sites Internet qui le permettent.

Bien régler les paramètres de confidentialités sur les réseaux sociaux et mettre à jour ses logiciels et son système d’exploitation sont d’autres précautions qui peuvent contribuer à protéger les gens contre les pirates informatiques.

Toutefois, le conseil de cybersécurité le plus important pour les acheteurs, selon Jennifer Kee : examiner ses factures.

Prêtez toujours attention à ce qui se passe avec vos finances. Si vous achetez en ligne, soyez conscient de qui vous achetez et de comment vous le faites, mais aussi, regardez bien les relevés bancaires qui suivent.

Si vous repérez une transaction louche, la Gendarmerie royale du Canada recommande de commencer par contacter votre institution financière, puis d’appeler la police.

Seules les banques ont le pouvoir de bloquer une transaction, souligne Jennifer Kee.

Toutefois, comme il s’agit d’un crime, il est également important d’avertir la police, afin que celle-ci puisse tenter d’identifier les coupables et de les empêcher d’opérer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !