•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 40 % des élus municipaux en Abitibi-Témiscamingue sont des femmes

Lina Lafrenière sourit dans un parc municipal.

Lina Lafrenière a été réélue mairesse de Macamic. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

La région de l’Abitibi-Témiscamingue vient au premier rang au Québec pour le nombre de femmes qui occupent un poste de mairesse ou de conseillère municipale, à l’issue du scrutin du 7 novembre.

Selon les données du ministère des Affaires municipales, la région compte désormais 180 élues féminines, soit une proportion de 40,6 %. À la grandeur du Québec, cette proportion atteint 36%.

De ce nombre, on dénombre 16 mairesses, dont celles des deux plus grandes villes de la région, soit Diane Dallaire à Rouyn-Noranda et Céline Brindamour à Val-d’Or, en plus de Claire Bolduc à la préfecture du Témiscamingue.

Réélue à la mairie de Macamic pour un second mandat avec près de 61 % des votes, Lina Lafrenière a savouré son propre résultat, mais aussi celui de femmes dans plusieurs grandes villes du Québec.

Je suis très heureuse de pouvoir continuer le travail pour les citoyens, avec un vote de confiance encore plus grand que 2017, affirme-t-elle. J’écoutais les résultats hier soir avec fierté. De voir des femmes qui décident de foncer et qui sont élues, c’est une grande satisfaction. Ça va amener un vent de fraîcheur partout. Je suis fière de leur courage.

Cinq sur six dans la Vallée-de-l’Or

La présence des femmes est particulièrement remarquable dans la MRC de la Vallée-de-l’Or, où elles occupent maintenant cinq des six postes de maire. Le préfet Martin Ferron sera entouré de Nathalie-Ann Pelchat (Senneterre), Jacline Rouleau (Senneterre-Paroisse), Guylaine Labbée (Belcourt), Céline Brindamour (Val-d’Or) et Chantal Thibault (Rivière-Héva).

Chantal Thibault, candidate à la mairie de Rivière-Héva.

Chantal Thibault est la nouvelle mairesse de Rivière-Héva.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Cette dernière a relevé le défi de déloger le maire sortant Réjean Guay en obtenant 55,8 % des voix, dimanche. Celle qui devient la deuxième femme à diriger les destinées de Rivière-Héva, après Ginette Noël-Gravel, accepte ce défi avec fierté.

Je suis très heureuse, lance-t-elle d’entrée de jeu. Le taux de participation a été excellent et ma majorité est bonne, surtout dans une course à trois. On avait besoin d’un vent de changement et c’est ce que les citoyens ont demandé. Je suis bien contente aussi d’être la deuxième mairesse et de voir autant de femmes être élues. La vision d’une femme est parfois différente. Il y aura peut-être des petits débats avec le seul homme maire parmi nous, mais je pense que ça va bien aller. On est capables de se parler.

Combattre les préjugés

Lina Lafrenière croit pour sa part que les préjugés tombent de plus en plus envers les femmes en politique.

Il y a encore des préjugés, mais on voit que de fil en aiguille, ça diminue grâce au courage des femmes qui osent se lancer. La population nous fait de plus en plus confiance. On travaille fort pour livrer, ajoute-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !