•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui est Bruno Marchand, le nouveau maire de Québec?

Bruno Marchand sourie pour la caméra, devant l'hôtel de Ville de Québec. Il porte un manteau gris avec une cravate rouge.

Bruno Marchand, maire élu de Québec

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

L’élection de Bruno Marchand, nouveau venu sur la scène politique de Québec, en a surpris plus d'un dimanche soir, alors que Marie-Josée Savard avait été nommée gagnante au début de la soirée. Zoom sur le parcours du 38e maire de Québec.

Bruno Marchand est âgé de 49 ans. Il est père de deux enfants et vit avec sa conjointe dans le secteur de Sainte-Foy. Né et ayant grandi dans le quartier Limoilou sur la rue Choquette, M. Marchand se décrit comme un gars du Patro Roc-Amadour.

Ce dernier ne se destinait toutefois pas à devenir maire ni politicien.

« Dans la vie, jamais je ne me suis dit : "Je veux être maire, je veux avoir ça dans mon CV, ça va être bon pour moi." »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire élu de Québec
Photo d'un très jeune Bruno Marchand avec un petit texte le décrivant à côté.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo de finissant de Bruno Marchand au Collège Saint-Charles-Garnier

Photo : Benoît Michaud

Détenteur d’un diplôme en philosophie à l’Université Laval et d’une technique en travail social effectuée au Cégep de Sainte-Foy, le chef de Québec forte et fière (QFF) a travaillé à cet établissement comme coordonnateur à la vie étudiante de 1999 à 2008.

Il effectue aussi un passage à l’Université de Western Ontario, pour une formation à l’école de commerce de l'établissement. Après ses années au Cégep de Sainte-Foy, M. Marchand travaille à l’Association québécoise de prévention du suicide.

Il poursuit ensuite sa carrière dans le milieu communautaire, comme président-directeur général de Centraide Québec Chaudière-Appalaches et Bas-Saint-Laurent, jusqu’à son aventure politique.

Le vrai résultat, ce n’est pas d’être élu hier soir, mais c’est dans quatre ans, dire voici ce qu’on a fait, dit-il à propos de sa victoire.

Bruno Marchand sur la scène avec son équipe.

Bruno Marchand

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Priorités

Bruno Marchand dit vouloir mettre les citoyens de chaque district de Québec au centre de ses décisions. Les quatre prochaines années ne seront probablement pas calmes au conseil municipal, puisque seulement 6 conseillers élus sur 21 sont issus du parti de M. Marchand.

Dix conseillers élus proviennent de l’Équipe Marie-Josée Savard, quatre sont de Québec 21 et la chef de Transition Québec fera son entrée à l'hôtel de ville. Il faudra donc être conciliant pour arriver à faire progresser les dossiers dans un contexte minoritaire.

Il y a des besoins dans cette ville-là. Bien, mettons-nous ensemble, oublions nos lignes de parti et travaillons pour le monde qui nous a élus, commente M. Marchand. Il n'est d'ailleurs pas impossible que le nouveau maire invite des élus des autres formations politiques à faire partie du comité exécutif.

Bruno Marchand accorde une entrevue aux médias dans la rue.

Bruno Marchand, maire élu de Québec

Photo : Radio-Canada

Tramway de Québec

L’équipe de Bruno Marchand est favorable au projet de Tramway de Québec, mais pas exactement dans sa forme actuelle. Il est d’ailleurs proposé dans la plateforme de QFF que 10 modifications (Nouvelle fenêtre) soient apportées au projet.

Le mandat est clair, mais je pense que les gens s'attendent à ce qu'on soit capable d'améliorer le projet, soutient le maire élu.

« Il y a une volonté qu'on améliore la mobilité. On va le faire. Pas à n'importe quel prix, mais on va le faire. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire élu de Québec

Tunnel entre Québec et Lévis

Quant au troisième lien, l’avis de M. Marchand sur le projet est moins clair. Tout comme Marie-Josée Savard, il a refusé de se positionner pendant la campagne.

Dessin du tunnel montrant les deux étages de circulation.

Le tunnel sera aménagé sur deux étages avec un total de six voies de circulation, dont deux réservées au transport en commun.

Photo : Gouvernement du Québec

C’est prématuré de se positionner. Notre devoir, c’est d’attendre le projet, de voir ce que le gouvernement va présenter, c’est de voir la dernière mouture et après ça pouvoir dire : ''Est-ce qu’elle répond à ce dont Québec a besoin?'' affirmait-il en octobre.

M. Marchand a toutefois été le premier candidat à se prononcer contre une sortie autoroutière dans le quartier Saint-Roch, idée qui a finalement été écartée par le ministère des Transports du Québec.

Le nouveau maire avait aussi salué la décision du gouvernement fédéral d'effectuer une nouvelle étude environnementale sur le projet de 6 milliards de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !