•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bruno Marchand tend la main à Équipe Marie-Josée Savard

Bruno Marchand en entrevue à l'extérieur.

Bruno Marchand, maire élu de Québec

Photo : Radio-Canada

Au lendemain d'une soirée rocambolesque où il a d'abord été déclaré perdant avant d'être élu maire, Bruno Marchand appelle l'opposition à bâtir avec lui la future ville de Québec.

Contrairement à son prédécesseur, Régis Labeaume, qui gouvernait la ville avec un mandat fort, Bruno Marchand aura à diriger la capitale nationale avec seulement six conseillers de Québec forte et fière (QFF) élus lundi soir. Minoritaire, son parti devra donc négocier avec 10 élus d’Équipe Marie-Josée Savard – qui prendra peut-être un autre nom – et 4 conseillers de Québec 21 et une élue de Transition Québec.

Dans ce contexte, M. Marchand n'écarte pas l'idée que des élus d'autres partis que QFF se retrouvent dans son futur comité exécutif. La première séance du nouveau conseil municipal de Québec arrive rapidement. Elle aura lieu le 22 novembre prochain.

C'est trop tôt pour le dire, mais ce n'est pas impossible. Dans le sens, je pense que les citoyens s'attendent aujourd'hui à ce qu'on mette la partisanerie de côté. Qu'on ne pense pas à une élection dans quatre ans, a-t-il déclaré à l'émission matinale Première heure.

Il y a une ville à bâtir. On va la bâtir avec tous les élus, dans tous les districts. Pour moi, ça, c'est important, a-t-il ajouté, précisant que la balle est aussi dans le camp des élus des autres partis. Joueront-ils le rôle de l'opposition? Auront-ils cette ouverture? De notre côté, l'ouverture sera totale, promet Bruno Marchand.

Entretien avec François Legault

Le futur maire souhaite également ouvrir immédiatement les collaborations avec les autres élus de la région et le gouvernement caquiste, principal partenaire dans le projet du tramway, qu'il souhaite mener à terme, mais pas à n'importe quel prix. Bruno Marchand va d'ailleurs s'entretenir avec le premier ministre du Québec François Legault dès lundi.

« Il n'y a pas de temps à perdre. Les citoyens ont besoin qu'on soit au travail, alors on va s'y mettre. Il faut respecter la volonté des citoyens. Surtout pas penser à notre ligne de parti ou notre intérêt. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire élu de Québec

Cruel pour Marie-Josée Savard

Ayant lui-même passé par toute la gamme des émotions, dimanche soir, Bruno Marchand admet avoir une pensée pour Marie-Josée Savard, défaite après avoir prononcé un discours victorieux.

Ce fut une soirée en montagnes russes et pour elle et pour nous. J'ai vraiment une pensée pour ce qu'elle a pu vivre. On va se reparler dans la journée.

« C'est cruel. Quand je me mets dans ses souliers, c'est cruel. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire élu de Québec
Marie-Josée Savard sur la scène de l'Impérial, devant ses partisans.

Marie-Josée Savard a prononcé un discours de victoire avant d'être finalement défaite.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Les coulisses de Québec forte et fière

Bruno Marchand s'est également ouvert sur ce qui s'est passé en coulisses dans son propre parti durant cette soirée riche en rebondissements. Après tout, il tirait de l'arrière par environ 5000 voix au début du dépouillement.

D'abord, à 20 h 15, on est vraiment tombés sur le derrière, débute-t-il. On savait que les premiers résultats, c'était le vote par anticipation. Donc, on se disait qu'on allait remonter après, mais là, on était déjà déclarés perdants, mentionne-t-il. C'était la stupéfaction. Puis, de fil en aiguille, on remontait un peu.

Huit discours différents ont été rédigés tout au long de cette soirée qu'il n'oubliera jamais.

En premier, discours de victoire, puis un de défaite. Puis, un discours quand on a vu que ce serait plus serré. [...] Quand on a vu qu'une course commençait à se créer. On s'est dit qu'on allait attendre, explique-t-il.

Le taux de participation a été d'environ 44 %, trop faible au goût de Bruno Marchand. On a la chance de se prononcer sur les quatre prochaines années, j'aurais aimé que les citoyens soient plus nombreux à se rendre aux urnes.

Par ailleurs, Équipe Marie-Josée Savard a félicité lundi matin M. Marchand pour sa victoire, précisant qu'aucun autre commentaire ne sera émis pour le moment. Dimanche soir, le parti défait n’écartait pas la possibilité de demander un recomptage.

Précisions de Radio-Canada

Notre bureau de décision a suivi le processus habituel rigoureusement. Ce processus a fait ses preuves lors de dizaines d’élections fédérales, provinciales et municipales d’un bout à l’autre du pays, au cours des dernières années.

Après discussions avec le Bureau du président d’élection de la Ville de Québec, il apparaît que l’ampleur du vote par anticipation dépouillé en début de soirée conjugué à un changement de tendance dans la course plus important que prévu ont bousculé les paramètres en vertu desquels on établit nos projections des résultats.

Notre système n’est pas infaillible, mais ce qui s’est passé hier demeure une situation exceptionnelle.

Nous allons donc évidemment réexaminer notre processus de décision en conséquence.

Radio-Canada est sincèrement désolée pour Madame Marie-Josée Savard et son entourage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !