•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle mairesse de Gatineau se met au travail au lendemain de la victoire

La femme répond à la question d'une journaliste de Radio-Canada.

La nouvelle mairesse de Gatineau, France Bélisle

Photo : Radio-Canada / Estelle Côté-Sroka

La nouvelle mairesse de Gatineau, France Bélisle, s’est rendue à l’hôtel de ville, lundi, pour entamer la transition au conseil municipal, au lendemain de sa victoire électorale.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, Mme Bélisle a dit s’être entretenue avec le maire sortant, Maxime Pedneaud-Jobin, tard dimanche soir, celui-là même qui a préparé un cahier de transition pour son remplaçant.

Ce dernier lui a d’ailleurs remis en main propre le document en question, lundi, au terme d’une rencontre à la Maison du Citoyen.

France Bélisle et Maxime Pedneaud-Jobin se parle assis sur un divan.

La nouvelle mairesse de Gatineau, France Bélisle (au centre) en rencontre avec le maire sortant, Maxime Pedneaud-Jobin, lundi.

Photo : Radio-Canada / Marie-Lou St-Onge

M. Pedneaud-Jobin a d'abord présenté à sa successeure le local mis à sa disposition pour qu’elle puisse travailler sur la transition avec son équipe.

Ce qui est important, c’est de monter l’équipe du cabinet, et très rapidement rencontrer les conseillers élus. L’assermentation est la semaine prochaine et très vite, on doit se mettre la tête dans le budget, a ajouté Mme Bélisle.

La nouvelle mairesse s’est également entretenue, lundi, avec la direction générale intérimaire de la Ville.

Lors de l’annonce de sa victoire électorale, Mme Bélisle a reçu l’accolade de l’ancien maire de Gatineau, Marc Bureau.

M. Bureau, je l’ai beaucoup consulté par rapport à l'environnement. C'est un homme préoccupé des enjeux environnementaux et président du Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais, a dit Mme Bélisle. J’ai eu des échanges tout au long de la campagne avec d'anciens maires, M. Ducharme aussi, qui m'a appelé après la victoire d’hier.

France Bélisle et Marc Bureau se donnent une accolade.

La nouvelle mairesse de Gatineau, France Bélisle, prend dans ses bras l'ancien maire de la municipalité Marc Bureau lors de sa victoire le 7 novembre.

Photo : Radio-Canada / Estelle Côté-Sroka

J’ai parlé aux anciens maires de la vie politique, à savoir comment ça s’est passé pour eux, dans la dynamique de leur famille, d'être en politique, a-t-elle ajouté. Dans la réflexion d'aller à la mairie, j’ai fait des appels comme ça et je les ai trouvés très généreux.

La nouvelle mairesse de la quatrième ville du Québec a aussi confirmé qu’elle n’hésiterait pas à nommer des membres du parti Action Gatineau dans des postes clés ou à la tête de commissions.

Il y a des citoyens qui ont voté pour Action Gatineau, ils doivent se sentir autant respectés que des citoyens qui ont voté pour des indépendants et ça, c’est très clair pour moi, a-t-elle conclu.

Dans le cadre du dévoilement d'affiches routières pour commémorer les anciens combattants, le maire d'Ottawa a commenté, lundi, la victoire de Mme Bélisle. Jim Watson a dit bien connaître la nouvelle mairesse.

Elle me posait des questions comme une journaliste y'a quelques années à Radio-Canada, a-t-il lancé, le sourire aux lèvres, alors qu'il répondait aux journalistes. Certainement, je connais France parce qu’on a travaillé très bien ensemble en 2017 pour les célébrations du 150e anniversaire du Canada.

Le maire Watson a rappelé que les deux villes ont beaucoup d'intérêts en commun, dont le transport en commun, la rivière des Outaouais et le développement économique. Il a donc hâte de travailler en collaboration avec Mme Bélisle.

Ce matin j’ai eu un appel avec elle pour lui dire félicitations, a ajouté le maire Watson. C’est un grand honneur d’être élue maire d'une grande ville très importante comme Gatineau.

Quel avenir pour la cheffe d’Action Gatineau?

La cheffe d’Action Gatineau et candidate à la mairie, Maude Marquis-Bissonnette, a terminé la course au deuxième rang avec 37 % des voix.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, elle n’a pas voulu préciser quel sera son rôle en tant que cheffe de son parti alors qu’elle n’a pas été élue. Selon elle, c'est une nouvelle zone qu'il faudra explorer avec les membres de l'équipe puisqu'Action Gatineau n'a jamais pas eu la mairie.

Maude Marquis-Bissonnette.

La candidate défaite à la mairie de Gatineau et cheffe d'Action Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette

Photo : Radio-Canada

Je me suis engagée quand je me suis lancée à la chefferie parce que je voulais continuer ce qu'on fait au conseil municipal, je voyais l'impact que notre parti avait et je voulais continuer ça, a-t-elle soutenu.

La question qui va se poser pour moi c’est : ça va être quoi la meilleure façon de soutenir mon équipe, de soutenir les élus. Il y en a 8 des élus d’Action Gatineau. Donc je dirais qu’on a perdu la mairie, mais Action Gatineau a fait des gains au conseil municipal hier soir, a conclu Mme Marquis-Bissonnette.

Avec des informations de Nathalie Tremblay et d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !