•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination : une médecin demande que la dénonciation des fraudeurs soit facilitée

Un travailleur de la santé prépare une dose du vaccin contre la COVID-19.

La semaine dernière, l'association des pharmaciens avait elle aussi dénoncé les premières formes de fraude à la vaccination (archives).

Photo : Associated Press / Matt Rourke

Radio-Canada

La médecin de famille Carla Holinaty, à Saskatoon, a tiré la sonnette d’alarme, vendredi dernier, face à une « situation troublante » de vols de cartes de vaccination et demande au gouvernement de mettre en place un système qui permet de dénoncer les fraudeurs sous le couvert de l’anonymat.

Dans une séance de questions-réponses tenue par l'association médicale de la Saskatchewan, la Dre Holinaty a expliqué qu'elle avait eu vent de plusieurs histoires troublantes de falsification de preuves de vaccination.

S’adressant au ministre de la Santé, la Dre Holinaty a signalé le vol de cartes de vaccination, que des personnes remplissent pour les vendre au public.

Le gouvernement de la Saskatchewan a été informé de la situation. Le ministre de la Santé, Paul Merriman, dit n’avoir aucune tolérance pour ce genre de stupidité.

La dénonciation de la Dre Holinaty est survenue quelques jours après que l'association des pharmaciens, le Saskatchewan College of Pharmacy Professionals (SCPP) eut dénoncé les premières formes de fraude à la vaccination. Le SCPP avait allégué que des individus paient d’autres personnes pour se faire vacciner en leur nom.

Peur des antivaccins?

Selon la Dre Holinaty, des travailleurs de la santé certifiés à titre de fournisseurs de tests de COVID-19 proposent de vendre des résultats de tests frauduleux au public. Ce qui l’inquiète, c’est que les personnes qui sont au courant de ces gestes craignent de les signaler, puisqu'il n’y a pas de procédure garantissant l'anonymat.

Elle mentionne notamment les affiches antivaccins apposées sur les murs de l’hôpital de Yorkton, qui visaient directement les travailleurs de la santé.

« Je pense que les gens ont peur des représailles possibles du camp des antivaccins. »

— Une citation de  Carla Holinaty, médecin de famille de Saskatoon

Elle demande au gouvernement de créer un système de dénonciation confidentiel pour permettre aux témoins de telles situations de se confier sans crainte.

En réponse à cette demande, Paul Merriman a déclaré que le gouvernement songeait à implanter un système anonyme pour permettre aux travailleurs de la santé de dénoncer sans subir de représailles.

D'après les informations de Guy Quenneville

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !