•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stéphane Boyer élu maire de Laval

Stéphane Boyer tient à bout de bras des feuilles de papier en souriant à la foule.

Stéphane Boyer a remporté la course à la mairie de Laval, où il reprendra le flambeau du maire Marc Demers.

Photo : Radio-Canada

|

Élu à la tête de la Ville de Laval, Stéphane Boyer entend reprendre le travail entamé par son prédécesseur, Marc Demers. Le dauphin du maire sortant voit sa victoire comme un « vote de confiance » de la part des Lavallois.

Stéphane Boyer, 33 ans, devient le plus jeune maire de la Ville de Laval. À la tête du Mouvement lavallois, il est sorti grand vainqueur d'une lutte à huit candidats qui l'opposait notamment à Michel Trottier, du Parti Laval, et à Sophie Trottier, d'Action Laval.

L'issue du vote s'est rapidement décidée après la fermeture des bureaux de scrutin, moment à partir duquel l'écart séparant M. Boyer de ses adversaires s'est rapidement creusé. En fin de soirée, le chef du Mouvement lavallois récoltait plus de 41 % des voix.

Entouré de ses partisans, le futur maire a affirmé dimanche soir qu'il miserait sur une politique positive et collaborative à la Ville. Au cours des dernières années, a-t-il souligné, Laval a réalisé de très belles avancées, et c'est sur ce chemin qu'il compte s'engager.

Grâce au travail de l'incorruptible Marc Demers, on a fait le ménage et on a même récupéré 50 millions [de dollars] des entreprises et des gens qui ont osé voler les Lavallois, a lancé M. Boyer, couvert par les applaudissements de la foule.

« Je le prends comme un vote de confiance sur le bon travail effectué ces dernières années. »

— Une citation de  Stéphane Boyer, maire désigné de Laval

Pendant la campagne électorale, Stéphane Boyer s'était engagé à baisser du quart son salaire s'il venait à être élu, après que le Journal de Montréal eut révélé que Marc Demers était le deuxième maire le mieux payé de la province en 2020.

Le candidat de Mouvement lavallois avait aussi annoncé qu'il ferait front commun avec Catherine Fournier – qui a été élue mairesse de Longueuil – pour lutter contre la crise du logement. Un engagement qu'il a réitéré dimanche soir.

Pour moi, c'est extrêmement important que tous aient accès à un logement abordable – pas seulement dans le logement social, mais aussi pour [...] la classe moyenne, a-t-il affirmé.

Si on veut y arriver, il faut qu'on change les règles du jeu, a ajouté M. Boyer, insistant sur l'importance de construire des logements à des prix raisonnables tout en cherchant à éviter la surenchère des propriétés.

Stéphane Boyer élu maire de Laval

Vice-président du comité exécutif au sein de l'administration Demers, M. Boyer était notamment responsable des dossiers relatifs aux finances, au développement économique ainsi que ceux relevant du Bureau des grands projets.

Élu au conseil municipal en 2013, Stéphane Boyer s'est retrouvé à remplacer le maire Demers lorsque celui-ci a dû s'absenter pour être au chevet de son épouse.

En mars dernier, après avoir passé sept années à l'Hôtel de Ville, Marc Demers avait annoncé qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat. En accédant à la mairie en 2013, il s'était retrouvé avec l'imposante tâche de renouveler la fonction publique, mise à mal par le règne de Gilles Vaillancourt.

Mathieu Traversy devient maire de Terrebonne

À Terrebonne, l'ancien député péquiste Mathieu Traversy a facilement délogé le maire sortant, Marc-André Plante, qui briguait un deuxième mandat. Moins d'une heure après la fermeture des bureaux de scrutin, le chef de Mouvement Terrebonne avait pris la tête de la course.

La course à la mairie s'est soldée par la victoire de M. Traversy, avec 77,2 % des voix, contre 21,1 % pour le maire sortant.

Avant de tenter sa chance en politique municipale, Mathieu Traversy a siégé à l'Assemblée nationale de 2008 à 2018, où il a agi à titre de leader parlementaire adjoint du gouvernement, puis de l'opposition officielle, avant d'être défait par le caquiste Pierre Fitzgibbon.

Nicolas Dufour à la mairie de Repentigny

Du côté de Repentigny, le dauphin de la mairesse sortante Chantal Deschamps, Éric Chartré, n'a pas su convaincre suffisamment d'électeurs. C'est l'ancien député du Bloc québécois Nicolas Dufour qui prendra les rênes de la Ville, avec 61,9 % des voix.

Avant de fonder Avenir Repentigny, Nicolas Dufour a représenté Repentigny à la Chambre des communes, de 2008 à 2011.

Âgé de 34 ans, M. Dufour succédera ainsi à la mairesse Deschamps, qui tire sa révérence après avoir passé 24 ans à la mairie de Repentigny.

Changement de garde à Mirabel et Saint-Jérôme

Les villes de Mirabel et de Saint-Jérôme auront elles aussi un nouveau maire.

Le candidat d'Action Mirabel, Patrick Charbonneau, qui siège comme conseiller municipal depuis 2013, a été élu avec 57 % des voix face à David Marra-Hurtubise. Le maire sortant, Jean Bouchard, avait déjà annoncé qu'il ne tenterait pas de se représenter, après deux mandats à l'Hôtel de Ville.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

À Saint-Jérôme, où la mairesse sortante, Janice Bélair-Rolland, a tenté de défendre bec et ongles son siège, c'est le candidat d'Avenir Saint-Jérôme, Marc Bourcier, qui a remporté la course à la mairie.

Avec 43,7 % des voix, M. Bourcier prend les commandes de la plus grande ville des Laurentides, dont le conseil municipal a été secoué par le départ de l'ancien maire Stéphane Maher. Ce dernier a été jugé coupable de manœuvres électorales frauduleuses qui ont fait l'objet d'une enquête de la part du Directeur général des élections du Québec.

Dans la foulée de la destitution de M. Maher, Sophie St-Gelais, sa successeure, avait à son tour quitté la mairie de Saint-Jérôme, pour être remplacée par Janice Bélair-Rolland.

Dimanche soir, la mairesse sortante n'a obtenu que 28,3 % des voix.

Avant de briguer la mairie de Saint-Jérôme, Marc Bourcier avait lui aussi siégé au Salon bleu à titre de député du Parti québécois de 2016 à 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !