•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Plante obtient un second mandat à la tête de Montréal

Valérie Plante sur scène, les bras levés.

Valérie Plante reste mairesse.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Valérie Plante est réélue pour un deuxième mandat à la mairie de Montréal. Cela signifie que Denis Coderre n'aura pas réussi son pari de reprendre les rênes de l'Hôtel de Ville, qu'il a quitté en 2017. Quant à Balarama Holness, il n'aura réussi à faire élire aucun candidat.

Après le dépouillement de 98 % du vote, Mme Plante obtenait 52,2 % des voix contre 37,8 % pour Denis Coderre et 7,3 % pour Balarama Holness. Les sept autres candidats se partageaient les miettes.

Ce que les Montréalais et les Montréalaises ont confirmé ce soir, c'est que l'élection de Projet Montréal en 2017, ce n'était pas un accident de parcours, a déclaré la mairesse sortante dans son discours de victoire, dimanche soir, à l'Olympia.

Il y a quatre ans, les Montréalaises et les Montréalais ont élu la première mairesse de l'histoire de la Ville de Montréal, a rappelé Mme Plante.

Mais laissez-moi vous dire que ce soir, on marque à nouveau l'histoire, on va encore plus loin, parce que pour la première fois, Montréal sera dirigé par deux femmes, a-t-elle lancé, faisant référence à la future présidente du comité exécutif, Dominique Ollivier, qui a été élue conseillère de la ville dans Rosemont–La Petite-Patrie.

« Oui, on peut diriger la Ville de Montréal avec le sourire. »

— Une citation de  Valérie Plante, mairesse de Montréal

Dans son discours, la cheffe de Projet Montréal a également promis d'être la mairesse de tous les Montréalais et de travailler avec tous les élus, tout en demeurant fidèle à sa vision et à ses valeurs.

Valérie Plante dansant sur scène.

Valérie Plante réélue mairesse de Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Visiblement déçu, Denis Coderre a déclaré dans son propre discours de fin de soirée avoir l’impression d’être allé au bout de ses idées.

Moi, j’ai vécu ma propre résilience, je me suis relevé, et j’avais le goût […] d’offrir à la population une alternative valable pour qu’on puisse, ensemble, retrouver la magie de Montréal, a-t-il déclaré à ses partisans, réunis au Plaza Centre-Ville.

J’espère que, tous et toutes, vous pensez que j’ai pu y avoir contribué, a-t-il ajouté, ajoutant n'avoir ni regret ni remords.

Le chef d’Ensemble Montréal, qui juge que la métropole a grandement besoin d’amour [et] d’aide, a appelé les nouveaux élus à mettre la hargne de côté pour voir au-delà des affiliations politiques – la seule façon, selon lui, de s’attaquer aux problèmes qui ont terni l’image de Montréal.

« Il faut arrêter d’être dogmatique à outrance; il faut qu’on soit pragmatique. Et c’est ce que j’aimais d’Ensemble Montréal. »

— Une citation de  Denis Coderre, chef d'Ensemble Montréal

M. Coderre ne s'est pas prononcé clairement sur son avenir politique. Il n'a pas dit qu'il entendait quitter la scène municipale, tout comme il n'a pas promis de siéger dans l'opposition. S'il le voulait, il pourrait prendre la place de sa colistière, Chantal Rossi, dans le district Ovide-Clermont de l'arrondissement de Montréal-Nord.

Denis Coderre, sur scène, salue ses militants, la mine basse.

Denis Coderre reconnaît sa défaite

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Quant à Balarama Holness, il a déclaré, dans un discours prononcé majoritairement en anglais, que son parti était là pour rester.

« Ce n'est que le début pour Mouvement Montréal. »

— Une citation de  Balarama Holness, chef de Mouvement Montréal

Le chef de Mouvement Montréal a assuré que sa formation serait à nouveau en lice aux élections municipales de 2025. D'ici là, ses dirigeants tâcheront de bâtir l'infrastructure nécessaire pour rendre le parti encore plus compétitif dans le futur, a-t-il affirmé.

Balarama Holness commente les résultats à Montréal

Radio-Canada a déclaré Valérie Plante victorieuse à 21 h 04. Le premier ministre Legault n'a pas perdu de temps pour la féliciter, écrivant sur Twitter que son gouvernement entendait continuer de collaborer [avec elle] sur les enjeux qui touchent la métropole.

Un conseil municipal majoritaire

Pour diriger la Ville de Montréal jusqu'aux élections de 2025, Valérie Plante doit pouvoir compter sur une majorité d'appuis au conseil municipal, soit au moins 33 des 65 sièges disponibles.

Vers 8 h, lundi, son parti était en avance avec 35 sièges, contre 25 pour Ensemble Montréal. Deux partis locaux se partageaient le reste, soit l'Équipe LaSalle avec trois sièges et l'Équipe Anjou avec deux sièges.

Le parti de Balarama Holness, Mouvement Montréal, n'aura fait élire aucun candidat dimanche soir. La colistière du chef, Idil Issa, a finalement terminé troisième dans le district Peter McGill, avec 23,1 %.

Des arrondissements changent de main

Si la plupart des maires d'arrondissement sortants ont été réélus dimanche soir, d'autres ont été défaits.

Dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, il aura fallu ouvrir jusqu'à la dernière boîte de scrutin pour désigner la vainqueure : Gracia Kasoki Katahwa, la candidate de Projet Montréal, a triomphé par 83 voix à peine. Elle bat ainsi Lionel Perez, d'Ensemble Montréal, qui a mené la course pendant de longues heures. Leader de l'opposition à l'Hôtel de Ville pendant quatre ans, Lionel Perez a ainsi été battu dans l'arrondissement où il était conseiller municipal depuis 2010.

Même chose dans Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension, où la candidate de Projet Montréal, Laurence Lavigne-Lalonde, a renversé Giuliana Fumagalli, qui avait créé sa propre formation, Quartiers Montréal, après avoir été écartée de l'administration Plante en 2018. Guillaume Lavoie, d'Ensemble Montréal, a terminé deuxième.

Dans Outremont, Laurent Desbois d'Ensemble Montréal a défait le maire sortant Philippe Tomlinson de Projet Montréal par une minuscule majorité de 23 voix.

Parmi les nouveaux maires d'arrondissement élus dimanche soir, mentionnons Nancy Blanchet, qui prendra la place de Manon Barbe dans LaSalle; François Limoges, qui remplacera François W. Croteau dans Rosemont–La Petite-Patrie; Marie-Andrée Mauger, qui succédera à Jean-François Parenteau dans Verdun.

Will Prosper, pour sa part, a échoué à devenir maire de Montréal-Nord pour Projet Montréal. C'est la mairesse d'arrondissement sortante, Christine Black, qui a été réélue pour Ensemble Montréal.

Une faible participation

Les bureaux de vote montréalais ont fermé leurs portes à 20 h, comme dans la vaste majorité des municipalités du Québec.

Selon Élections Montréal, le taux de participation dans la métropole était de 36,61 %, en incluant les trois journées de vote par anticipation, les 30 et 31 octobre ainsi que le 6 novembre.

Cette année, 1 111 100 électeurs figuraient sur la liste révisée d'Élections Montréal, une baisse de 2,79 % par rapport à 2017.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Les Montréalais votaient en fin de semaine pour élire 103 candidats, soit : un maire; 18 maires d'arrondissement; 46 conseillers de ville; et 38 conseillers d'arrondissement.

En tout, 347 candidatures avaient été déposées en vue des élections. Parmi elles, on retrouvait 10 aspirants maires, dont cinq indépendants.

À la dissolution du conseil municipal, Projet Montréal détenait 33 sièges, contre 21 pour Ensemble Montréal, trois pour l'Équipe LaSalle, deux pour l'Équipe Anjou et un pour le parti Courage. Il y avait aussi trois indépendants et deux sièges vacants.

En 2017, Valérie Plante avait été élue avec 51,42 % des voix contre 45,66 % pour Denis Coderre, remportant du même souffle la majorité à l'Hôtel de Ville. Le taux de participation avait été de 42,5 %.

Les candidats élus dimanche seront assermentés le jeudi 18 novembre. Le comité exécutif de la Ville de Montréal, actuellement présidé par Benoît Dorais, se rencontrera à deux reprises d'ici là, les mercredis 10 et 17 novembre.

Ailleurs sur l'île

Des élections avaient également cours dimanche dans neuf des 15 autres municipalités de l'île de Montréal, les maires de Dollard-des-Ormeaux, Westmount, Montréal-Ouest, Baie-D'Urfé, Senneville et L'Île-Dorval ayant été réélus sans opposition.

Les maires sortants de Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Hampstead, Kirkland et Sainte-Anne-de-Bellevue ont tous été réélus, dimanche. À Pointe-Claire, toutefois, le maire sortant, John Belvedere, a été vaincu par son opposant Tim Thomas.

À Mont-Royal, où se trouve le mégaprojet immobilier Royalmount, les électeurs ont finalement opté pour le candidat Peter Malouf, qui a défait son adversaire Michelle Setlakwe. Et puis à Dorval, Marc Doret succédera à Edgar Rouleau.

Enfin, à Montréal-Est, le maire sortant Robert Coutu a été défait par Anne St-Laurent.

Avec la collaboration de Valérie Boisclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !