•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vitrine pour l’art autochtone dans l’est de Toronto

Une gravure, des bijoux, des objets de cuir et des mocassins.

L’Association pour le développement autochtone en arts de la scène et en arts visuels espère aussi lancer une boutique en ligne.

Photo : CBC

Radio-Canada

Une boutique d’art autochtone éphémère a ouvert ses portes dans l’est de Toronto pour aider les artistes qui ont connu des heures difficiles pendant la pandémie.

Le marché, qui a été organisé par l’Association pour le développement autochtone en arts de la scène et en arts visuels (ANDPVA), est installé jusqu’au 24 décembre sur la rue Queen est, dans le quartier Leslieville.

Les oeuvres d’une quinzaine d’artistes de six Premières Nations sont présentées. Parmi eux, on retrouve notamment les artistes visuels Mo Thunder, Diane Montreuil, Clayton Samuel King et Melanie Bartel.

Les gens ont fait la file, samedi, pour assister à l’ouverture, une scène qui a réjoui l’organisatrice Barb Nahwegahbow. C’est incroyable!

« Ça fait chaud au coeur. Les artistes ont les larmes aux yeux en écoutant ce que les gens pensent de leur travail. »

— Une citation de  Barb Nahwegahbow

Les artistes en général ont grandement souffert des restrictions liées à la COVID-19 qui ont mené à l’annulation ou au report de spectacles, de tournées et d’expositions. Les pow-wow et autres événements au cours desquels les artistes autochtones ont l’habitude de vendre leurs oeuvres ont eux aussi été annulés.

C’est difficile de trouver l’inspiration quand on est isolé et que les temps sont durs économiquement, note Mme Nahwegahbow. L’inspiration est revenue, ajoute-t-elle, en voyant l’achalandage en cette première journée et le soutien de la communauté.

Des travaux de perlage, des tableaux, des gravures, des bijoux et des mocassins sont notamment en vente.

L'association espère créer bientôt une boutique en ligne, mais dans le meilleur des mondes, elle aimerait aussi conserver un local.

D'après les informations d'Ali Raza de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !