•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défilé pour la justice climatique dans les rues de Québec

Des manifestants défilent dans la rue Saint-Jean, brandissant des pancartes qui demandent plus d'actions pour lutter contre le réchauffement de la planète.

Des groupes étudiants, féministes et communautaires ont lancé l'appel à la mobilisation.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Plusieurs centaines de manifestants ont battu le pavé du Vieux-Québec, samedi après-midi, pour réclamer des actions plus musclées en matière de lutte contre le réchauffement planétaire. Le troisième lien que le gouvernement caquiste promet coûte que coûte de réaliser a été vertement critiqué.

Des dizaines de marches semblables, toutes organisées en marge de la COP26 qui se déroule à Glasgow, en Écosse, ont essaimé partout dans le monde.

À Québec, des groupes tant communautaires que féministes, étudiants ou syndicaux ont participé à l’initiative.

Leur objectif : réclamer une plus grande justice climatique, au moment où le réchauffement de la planète affecte les plus vulnérables, à Québec comme ailleurs.

Des jeunes avec des pancartes.

Des jeunes de la région d'Ottawa-Gatineau manifestent pour l'environnement.

Photo : Radio-Canada

L’inaction, sur le plan de l’environnement, ça affecte beaucoup les populations ici, souligne Selma Lavoie, d’Action Chômage Québec. On parle de nouvelles vagues de chaleur, de coûts qui augmentent pour combattre les écarts de température extrêmes. Ç’a des impacts très concrets. 

Les engagements pris à Glasgow, notamment la protection de 30 % du territoire canadien annoncée samedi, réjouissent les manifestants. Toutefois, l’urgence climatique impose des actions plus musclées, selon plusieurs.

Ces annonces-là sont nettement insuffisantes. On s’enligne toujours vers un réchauffement au-dessus du seuil sécuritaire, critique Alice-Anne Simard, directrice générale de Nature Québec.

Elle croit que la mobilisation citoyenne peut interrompre des projets jugés néfastes pour l'environnement en prenant exemple sur Laurentia, l'agrandissement projeté par le Port de Québec finalement abandonné après avoir échoué une évaluation environnementale fédérale.

Si on veut qu’il y ait un monde qui a de l’allure, il faut prendre position et il faut qu’on le dise, parce qu’on dirait qu’en haut, il ne se passe pas grand-chose, déplore Odile Pelletier, une manifestante. [Les dirigeants] disent toujours que l’économie passe en premier. Ça va coûter encore plus cher si on attend encore. 

Un parterre de manifestants devant le parlement, à Québec.

Le rassemblement a pris fin devant le parlement, où les organisateurs ont prononcé des discours dénonçant le projet de troisième lien et l'inaction en matière de lutte contre les changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Les manifestants ont quitté la place D’Youville peu avant 14 h pour défiler devant l’hôtel de ville et le parlement. Une candidate à la mairie de la capitale, Jackie Smith, était parmi eux.

Peu importe ce qui se passe demain, ce n’est pas un vote qui va déterminer s’il y a des changements climatiques ou non. Il faut continuer de se mobiliser et on va continuer, rappelle la cheffe de Transition Québec.

Le tunnel sous-fluvial promis par la CAQ ne trouvait pas beaucoup de partisans au rassemblement.

C’est un projet qui n'est pas du tout en adéquation avec ce qui doit être fait pour le climat, dénonce Alice-Anne Simard, de Nature Québec. Ça viendrait seulement aggraver les problèmes de circulation et d’étalement urbain.

Des Autochtones portant des coiffes traditionnelles tiennent des pancartes dans une foule.

Des Autochtones manifestent aux côtés des jeunes vendredi à Glasgow, ville hôte de la COP26, pour dénoncer l'inaction quant aux enjeux climatiques.

Photo : Reuters / Hannah McKay

Des manifestations similaires ont eu lieu ailleurs au Canada, notamment à Montréal, à Toronto et à Ottawa.

À l’international, des rassemblements se sont tenus à Paris, à Sydney et à Mexico, entre autres, en plus de Glasgow, en Écosse, où des membres de la communauté mohawk de Kahnawake ont pris la tête du cortège réunissant plus de 100 000 personnes. 

Avec les informations de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !