•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les visiteurs dans les pénitenciers fédéraux devront présenter une preuve vaccinale

Les mains d'un détenu à l'extérieur des barreaux d'une cellule de prison.

Une période de transition, jusqu'au 24 janvier, est prévue pour les personnes ayant obtenu une première dose d'un vaccin et devant attendre pour la suivante.

Photo : La Presse canadienne

La Presse canadienne

Les visiteurs seront bientôt tenus de présenter une preuve de vaccination complète contre la COVID-19 avant d'entrer dans un établissement correctionnel fédéral.

Le Service correctionnel du Canada (SCC) en a fait l'annonce vendredi.

À compter du 15 novembre, les visiteurs devront présenter une preuve de vaccination avant d'entrer dans une installation du SCC, comme un établissement correctionnel, un centre correctionnel communautaire ou un bureau de libération conditionnelle.

Les personnes qui ne peuvent être vaccinées doivent présenter une preuve de l'exemption ainsi qu'un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19 avant d'entrer dans ces installations.

Une période de transition

Le communiqué publié vendredi indique qu'il y aura une période de transition jusqu'au 24 janvier pour les gens ayant obtenu une première dose d'un vaccin et devant attendre pour la suivante.

Les visiteurs peuvent présenter une preuve selon laquelle ils ont reçu une seule dose d'un vaccin ainsi qu'un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19 récent.

Cette nouvelle exigence ne s'applique pas aux enfants de moins de 12 ans ni au personnel des services d'urgence qui entre dans les installations en cas d'urgence.

80 % des détenus entièrement vaccinés

Le SCC a entrepris la vaccination des détenus en janvier 2021. L'organisme fédéral a indiqué qu'en date de vendredi, 80 % des détenus étaient entièrement vaccinés, tandis que 85 % avaient reçu une dose.

En plus des visites en personne, le SCC continue d'offrir aux détenus la possibilité de maintenir un contact régulier avec leur famille, leurs amis et leurs réseaux de soutien par vidéoconférence et par téléphone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !