•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cyberattaque à T.-N.-L. : 7 jours plus tard, des patients tenus dans l’ignorance

Janet Martin.

Janet Martin, atteinte de cancer du poumon, montre une photo de sa dernière compétition de dynamophilie, où elle a soulevé 125 kg. Elle a manqué six rendez-vous depuis lundi à cause de la cyberattaque à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Janet Martin, atteinte de cancer du poumon, a manqué six rendez-vous depuis lundi à cause de la cyberattaque qui paralyse le système de santé à Terre-Neuve-et-Labrador.

Malgré la COVID-19, elle n’avait jamais manqué de rendez-vous avant la panne informatique survenue samedi dernier.

Être atteinte de cancer, c'est comme avoir un emploi à temps plein, il y a tellement de rendez-vous, explique Janet Martin, grand-maman âgée de 62 ans. Je me suis demandée, qu’est-ce que je vais faire? Je vais manquer tous ces rendez-vous, mais j’ai besoin de voir mon chirurgien.

La passionnée de dynamophilie soulevait 125 kg avant son diagnostic, en mars dernier, en plein milieu de la pandémie. Depuis sa mammectomie, en septembre, ses médecins lui conseillent de ne soulever que 2 kg au maximum.

En ce moment je n’ai aucune idée de l’impact que la panne va avoir sur ma santé. Ça me préoccupe beaucoup, affirme-t-elle, depuis sa cuisine, à St Philip’s.

Janet Martin n’est pas seule à s’inquiéter. Depuis samedi dernier, des milliers de rendez-vous, d’examens et de chirurgies non urgentes sont reportés.

Janet Martin.

Janet Martin, atteinte de cancer du poumon, a manqué six rendez-vous depuis lundi à cause de la cyberattaque.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

En point de presse, vendredi, le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie, s’est voulu rassurant, mais a admis que le gouvernement n’avait toujours aucune idée du moment où tous les services seraient de retour.

« Pour être bien honnête, je ne suis pas en mesure de vous donner une réponse. »

— Une citation de  John Haggie, ministre provincial de la Santé

La province réalise graduellement des progrès et priorise les systèmes qui touchent la chimiothérapie et les patients atteints de cancer.

Les traitements de chimiothérapie vont prendre plus de temps et donc la capacité de nos services de chimiothérapie est bien réduite, indique le ministre.

Le ministre de la Santé et des Services communautaires de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie.

Le ministre de la Santé et des Services communautaires de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Dans les quatre régies de santé de la province, la majorité des services non urgents sont suspendus. Si le système de courrier électronique est de retour, les téléphones sont toujours en panne dans plusieurs secteurs.

Je n'ai pas beaucoup de nouvelles informations à partager avec vous, explique David Diamond, président-directeur général de la Régie de santé de l’Est, la plus importante autorité sanitaire de la province.

Le premier ministre, Andrew Furey, n’a pas indiqué si les données personnelles des patients sont compromises, mais affirme qu’une enquête est en cours. M. Furey ne pouvait préciser la facture liée à la panne informatique.

« Je peux vous dire que nous faisons tout dans notre possible pour régler la situation. Les questions fiscales ne sont pas notre priorité, la priorité est le rétablissement des services. »

— Une citation de  Andrew Furey, premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

Le système Meditech, un logiciel utilisé pour stocker les informations des patients, a été rétabli dans certains hôpitaux, mais les conséquences sur la prestation des services ne sont pas claires.

Certains hôpitaux utilisent toujours du papier et des crayons pour calculer les doses et prendre les informations des patients. Les systèmes d’imagerie diagnostique sont parmi les logiciels toujours en panne dans plusieurs hôpitaux.

Le dépistage des personnes possiblement atteintes de la COVID-19 se poursuit, mais le formulaire d'autoévaluation des symptômes de la COVID-19 ne fonctionne pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !