•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse élargit l’offre d’une troisième dose de vaccin anti-COVID-19

Robert Strang donne une conférence de presse.

Le docteur Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le 5 novembre 2021 à Halifax

Photo : Communications Nouvelle-Écosse

Radio-Canada

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, et le médecin hygiéniste en chef de la province, Robert Strang, ont annoncé durant une conférence de presse, vendredi midi, que plus de gens sont maintenant admissibles à une troisième dose de vaccin contre la COVID-19.

Tim Houston a indiqué que la province augmentait son offre d’une troisième dose de vaccin conformément aux recommandations du Comité consultatif national de l’immunisation.

La troisième dose, dite de rappel, était déjà offerte en Nouvelle-Écosse aux personnes immunodéprimées et aux résidents des foyers de soins de longue durée.

Les nouveaux groupes admissibles à la dose de rappel sont les suivants :

  • les personnes de 80 ans et plus, puis celles de 70 à 79 ans, qui ont reçu leur deuxième dose depuis au moins six mois;
  • les travailleurs de la santé de première ligne qui sont entièrement vaccinés, mais dont l’intervalle de vaccination entre les deux doses était de moins de 28 jours;
  • les personnes qui ont reçu deux doses du vaccin Vaxzevria/COVISHIELD d’AstraZeneca ou une dose du vaccin de Janssen.

Le Dr Strang a ajouté qu’un vaccin pourrait être offert aux enfants de 5 à 11 ans au début de décembre si le ministère de la Santé du Canada approuve cette mesure, comme on s’y attend, qui sera appliquée d’ici la fin du mois.

Le gouvernement estime que 65 000 enfants seraient alors admissibles. La province compte offrir ce vaccin par l’intermédiaire des pharmacies.

40 nouveaux cas vendredi

Les autorités médicales annoncent aussi le dépistage de 40 nouveaux cas de COVID-19 dans la province, pour un total de 220 cas actifs à l’heure actuelle. Neuf personnes atteintes sont hospitalisées, dont une aux soins intensifs.

Le Dr Strang explique la croissance du nombre de cas par plusieurs grappes qui se développent principalement dans les secteurs sanitaires du nord et de l’ouest. Elles sont liées à la participation à des activités religieuses qui se sont déroulées sur plusieurs jours. La contagion touche particulièrement des fidèles non vaccinés, précise-t-il.

Une autre grappe de cas dans le secteur du centre concerne des participants d’une autre activité religieuse. La COVID-19, dans leur cas, sévit particulièrement chez des enfants qui sont trop jeunes pour être vaccinés contre cette maladie.

Le Dr Strang rappelle que la vaccination contre la COVID-19 est obligatoire pour participer à toute activité religieuse, qu’il s’agisse par exemple d’une célébration dans une église, une synagogue ou une mosquée, ou même d’un petit rassemblement à des fins d’étude de textes religieux.

Robert Strang ajoute que l’on commence à observer des signes de contagion communautaire dans la région d’Amherst et du nord du comté de Cumberland liée à une grappe de cas dans la région. Il dit que l’offre accrue d’occasions de se faire tester ou de se faire vacciner dans la région va se poursuivre la semaine prochaine.

Le médecin hygiéniste en chef recommande vivement à toute personne admissible de se faire vacciner contre la COVID-19 afin de réduire les risques de contagion dans la province. Selon le Dr Strang, la croissance du nombre de cas dans la province illustre ce qui se produit lorsque des gens décident de ne pas se faire vacciner.

Le premier ministre Houston demande à toute personne admissible à la vaccination, qu’il s’agisse de la première ou de la troisième dose, d’agir le plus tôt possible pour se faire vacciner.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !