•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’infection des poumons par la COVID-19 révélée dans un détail inégalé

Un poumon dans lequel il est possible de voir les vaisseaux sanguins.

Les dommages causés par la COVID-19 aux plus petits vaisseaux sanguins des poumons ont été révélés dans le détail grâce à la HiP-CT.

Photo : ESRF/UCL

Radio-Canada

Une nouvelle technologie d'imagerie a permis de montrer comme jamais auparavant une infection sévère des poumons par la COVID-19.

L’image montre comment l’infection dévie le sang entre deux systèmes distincts, les vaisseaux capillaires qui oxygènent le sang et ceux qui alimentent le tissu pulmonaire lui-même, ce qui empêche le sang de la personne d'être correctement oxygéné.

Deux scientifiques regardent des poumons placés dans des bocaux.

Les scientifiques Claire Walsh, UCL (à gauche), et Paul Tafforeau, ESRF (à droite), pendant des expériences menées à l'ESRF.

Photo : ESRF/S.Candé

Cette technique, appelée tomographie à contraste de phase hiérarchique (HiP-CT), a été créée par des scientifiques du Collège universitaire de Londres (UCL) et de l’Installation européenne de rayonnement synchrotron (ESRF).

Pour réaliser leur image, les chercheurs ont utilisé les poumons d'un donneur décédé de la forme sévère de la COVID.

La méthode jumelle la cartographie 3D et l’imagerie. Elle utilise la source de rayons X la plus brillante au monde, c’est-à-dire 100 milliards de fois plus lumineuse qu’une radiographie conventionnelle d’hôpital, expliquent les chercheurs dans un communiqué publié par l’UCL.

Cette clarté permet de visualiser des vaisseaux sanguins de cinq microns de diamètre, soit environ un dixième du diamètre d’un cheveu, poursuit le communiqué.

Actuellement, la tomodensitométrie ne montre que des vaisseaux sanguins environ 100 fois plus gros, de près de 1 millimètre de diamètre.

La capacité de voir des organes à une échelle comme celle-ci sera vraiment révolutionnaire pour l’imagerie médicale, explique la Dre Claire Walsh du UCL.

Un atlas des organes

La technique HiP-CT a été utilisée pour créer un atlas des organes humains. Dévoilé au même moment que l’image du poumon infecté par la COVID-19, l’atlas comprend le cerveau, le poumon, le cœur, deux reins et une rate.

L’atlas présente l’anatomie humaine à une échelle auparavant mal explorée, du centimètre au micron, explique dans le communiqué Peter Lee, le coordonnateur du projet.

Les recherches menées grâce à cette nouvelle imagerie pourront, espèrent les chercheurs, fournir des informations sur des maladies comme le cancer ou la maladie d’Alzheimer.

En outre, les futures mises à jour à jour de l’atlas pourront contenir des images d’une bibliothèque de maladies qui frappent les organes, qui aideront les médecins à établir des diagnostics.

L’atlas est disponible en ligne pour les chirurgiens, les médecins cliniciens, mais aussi pour le grand public.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !