•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préposés à temps plein : impasse entre le CISSS et le syndicat

Une médecin au chevet d'un patient âgé.

L'objectif de l'entente négociée est d'assurer une meilleure stabilité dans les soins offerts aux résidents des CHSLD (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent dénonce la mise en application d’une entente conclue avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) concernant le passage de nombreux préposés aux bénéficiaires à un horaire à temps plein.

Cette entente conclue en avril dernier est en vigueur depuis le 12 septembre et vise à assurer une stabilité aux résidents des CHSLD.

Or, le syndicat observe plutôt trop de routes de travail, d’horaires différents et grande instabilité pour les bénéficiaires et décrit l’interprétation de l’entente par les gestionnaires du CISSS.

Là où tout est parti en vrille, c’est au moment de l’application de cette entente-là, explique le conseiller syndical du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) pour la section locale, Sylvain Lirette.

Certains résidents et résidentes se retrouvent avec presque autant de préposé(e)s qu’il y a de quarts de travail dans une semaine, ajoute par voie de communiqué la présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, Johanne Campagna.

Le syndicat a donc demandé un arbitrage accéléré pour stabiliser les routes de travail, mais les représentants syndicaux s’entendent pour dire que l’issu de cet arbitrage est peu important puisque c’est la mise en application de l’entente qui doit être négociée.

À cet égard, M. Lirette tire à boulets rouges sur les gestionnaires du CISSS.

On a des matamores qui tiennent à avoir raison et qui, après, répareront ce qui sera brisé, lance-t-il.

« Énorme changement de gestion », indique le CISSS

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent indique être à l’écoute des demandes du syndicat, mais affirme que l’entente négociée représente un énorme changement de gestion pour son personnel.

Il faut se donner la chance de faire des ajustements, indique la directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques du CISSS, Annie Leclerc.

Mme Leclerc affirme que la direction a proposé un modèle au syndicat pour l’organisation des horaires des nouveaux préposés à temps complet, mais que celui-ci n’aurait pas été approuvé.

Depuis, la direction attend que le syndicat propose un modèle qui aurait fait ses preuves ailleurs pour qu’il soit étudié.

La première rencontre d’arbitrage avait lieu jeudi matin entre les deux parties.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !