•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’inflation alimentaire frappe les organismes caritatifs de plein fouet

Une personne transporte des plats à emporter.

L'organisme communautaire CANAVUA sert des repas chauds, distribue des paniers alimentaires et des fruits et légumes frais à environ 1000 Edmontoniens par semaine.

Photo : Radio-Canada / ADNAN MOHAMMAD

La hausse des prix des aliments pendant la pandémie n’épargne personne, mais elle est particulièrement dure pour les organismes d’aide alimentaire, qui doivent aussi composer avec une augmentation de la demande pour leurs services.

Je vous donne un exemple : au début de la pandémie, le prix d’un [bidon de] 16 litres d’huile de canola était de 21 $. Maintenant, c’est 39 $, dit le directeur de l’organisme CANAVUA, Dicky Dikamba.

Or, son camion-restaurant, qui offre des repas chauds à des centaines d’Edmontoniens dans le besoin, utilise deux ou trois de ces contenants chaque semaine.

D'autres denrées ont subi le même sort. Entre septembre 2020 et septembre 2021, l’indice de prix à la consommation (IPC) au Canada a augmenté de 4,4 %, sa plus forte hausse annuelle depuis 2003.

Si la hausse des prix de l’essence y est pour beaucoup, les aliments ne sont pas épargnés.

L’IPC des aliments a augmenté de 3,9 %, en moyenne, à travers le pays, et de 4 %, en Alberta.

La hausse est plus marquée pour certains produits, comme les œufs, le poulet et les produits laitiers.

Le prix de la viande albertaine a augmenté de 13,7 %, soit la plus forte hausse au pays.

Pour CANAVUA, qui sert également des paniers alimentaires et des fruits et légumes frais à environ 1000 Edmontoniens par semaine, ces coûts sont de plus en plus difficiles à supporter.

On fait avec les ressources qu’on a. On a aussi des dons de la Banque alimentaire d’Edmonton, qui est notre partenaire, mais ce n’est pas assez, dit Dicky Dikamba.

Il ajoute que la fin du programme de Fonds d'urgence pour l'appui communautaire auquel l’organisme avait droit pendant la pandémie n’aide pas les choses.

Des besoins accrus

Pour les organismes de plus grande envergure, qui commandent leurs produits en grandes quantités, l’impact risque plutôt de se faire sentir à la fin de l’année, selon la porte-parole de la Banque alimentaire d’Edmonton, Tamisan Bencz-Knight.

Comme l’organisme a beaucoup de camions et de véhicules qui sont constamment sur la route pour livrer des produits aux partenaires et aux clients, la hausse du prix de l’essence l’inquiète.

Il est clair que le prix à la pompe est bien supérieur à ce qu’on avait anticipé, dit-elle.

Toutefois, l’impact le plus marqué de l’inflation, selon elle, touche les clients.

[Les gens] ne peuvent pas en acheter autant qu’ils auraient voulu ou ne peuvent pas faire autant qu’avant avec le peu d’argent qu’ils ont. Nous anticipons qu’ils vont peut-être devoir se tourner vers nous, explique Tamisan Bencz-Knight.

Selon un rapport récent, la fréquentation des banques alimentaires albertaines a déjà augmenté de 29,6 % ces deux dernières années. Après le Québec, c'est la plus importante augmentation au pays.

Des produits difficiles à trouver

Cette hausse de la demande a également été remarquée par l'organisme communautaire E4C, qui distribue des repas santé à près de 6000 élèves d’Edmonton chaque jour.

La directrice des programmes scolaires et communautaires d’E4C, Kelly Bitchford, remarque par ailleurs que certains produits se sont faits soudainement rares à plusieurs reprises au cours de la pandémie, alors que les chaînes d’approvisionnement étaient perturbées.

Le mois dernier, pour je ne sais quelle raison, c’était le pain. De toutes les choses de base dont on peut manquer! On avait des pénuries de pain à travers la ville, dit-elle.

L’organisme a dû ajuster les menus offerts aux élèves et faire preuve d’un peu de créativité pour offrir aux enfants des repas nutritifs et complets.

Alors que l’hiver approche, les trois organismes sont unanimes : chaque don est d'une grande aide.

Avec les informations d’Emily Senger

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Alberta

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Alberta.