•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le taux de décès du cancer de la prostate a reculé de 50 % depuis 1995

Un médecin et son patient discutent.

L'une des clefs de la survie au cancer de la prostate est de le détecter et de le traiter tôt.

Photo : iStock

La Presse canadienne

D'énormes progrès ont été accomplis au Canada concernant le taux de décès des personnes atteintes de cancer de la prostate, révèle un rapport diffusé mercredi par la Société canadienne du cancer (SCC).

Depuis qu'il a culminé en 1995, ce taux a reculé de 50 %. Il est passé de 45,1 à un chiffre attendu de 22,7 par 100 000 hommes.

La Société canadienne du cancer attribue ces progrès aux traitements salvateurs mis au point grâce aux remarquables avancées en recherche, en particulier en chirurgie de précision et en radiothérapie ciblée.

Au cours des dix dernières années, la Société canadienne du cancer de même que l'ex-Cancer de la prostate Canada et son partenaire, la Fondation Movember, ont investi environ 132 millions de dollars dans la recherche sur le cancer de la prostate.

Stuart Edmonds, vice-président à la Société canadienne du cancer, ajoute que le Canada est maintenant un chef de file international et qu'il a réalisé des avancées qui ont changé les pratiques dans le monde entier.

L'une des clefs de la survie au cancer de la prostate est de le détecter et de le traiter tôt. Les données démontrent que près de 100 % des personnes survivent au moins cinq ans à un cancer de la prostate s'il est diagnostiqué tôt.

Malgré les progrès, le cancer de la prostate est toujours le cancer le plus fréquent et la troisième cause de décès par cancer chez les hommes, et on prévoit qu'il représentera 20 % de tous les diagnostics chez les hommes en 2021 et 10 % de tous les décès par cancer. Il est prévu qu'il fauchera 4500 vies cette année au Canada.

Le cancer de la prostate est également l'un des types de cancer les moins évitables, d'après les facteurs de risque connus à l'heure actuelle.

De façon plus générale, le rapport rappelle que le cancer demeure la première cause de décès au Canada et que des prévisions font état qu'un Canadien sur quatre va y succomber. En 2021, près de 239 000 Canadiens recevront un diagnostic de cancer et environ 85 000 mourront du cancer.

Néanmoins, la survie au cancer après cinq ans est maintenant de 64 %, alors qu'elle était de 55 % au début des années 1990. Le taux de décès par cancer a diminué d'environ 29 % par rapport à son point culminant de 1988.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !