•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ce virus ne va pas disparaître » : 2,7 millions d’Ontariens admissibles à une 3e dose

Un homme se fait vacciner

Les personnes de 70 ans et plus, notamment, pourront prendre rendez-vous pour une 3e dose de vaccin dès samedi.

Photo : Getty Images / Cole Burston

Radio-Canada

L’Ontario élargit dès samedi l’accès à une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 aux personnes de 70 ans et plus, aux travailleurs de la santé, aux adultes des Premières Nations, inuit et métis, aux membres de leur foyer et aux personnes ayant reçu deux doses du vaccin d'AstraZeneca ou une de celui de Janssen.

À partir du 6 novembre, les personnes concernées pourront prendre rendez-vous dans les espaces de vaccination en place.

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr Kieran Moore, a indiqué lors d'une conférence de presse mercredi qu'elles doivent avoir reçu leur dernière dose depuis au moins six mois avant de pouvoir prétendre à recevoir la nouvelle.

« [Les membres de ces groupes] courent des risques accrus d'une immunité affaiblie et de plus grands risques d'exposition, de maladie et d'effets graves pour la santé. »

— Une citation de  Le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

L'Ontario suit ainsi les conseils du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), qui recommande depuis vendredi l’usage des vaccins à ARNm disponibles, soit ceux de Pfizer et de Moderna.

Les personnes qui n’ont pas encore reçu leur première dose ou qui n'ont pas terminé leur première série de vaccins demeurent notre priorité, a ajouté le Dr Moore.

Les personnes plus âgées font partie des groupes prioritaires considérant leur plus grande exposition aux risques associés au virus, d’après les autorités sanitaires.

L'Ontario a déjà commencé à offrir une troisième dose aux résidents des centres de soins de longue durée, notamment. Près de 61 % des quelque 250 000 personnes qui font partie de cette catégorie l’ont déjà reçue, selon les chiffres officiels.

Ce virus ne va pas disparaître

Le Dr Kieran Moore lors d'une conférence de presse.

« Nous suivrons les données scientifiques » pour établir si et quand le reste de la population sera admissible à recevoir une 3e dose, a déclaré le Dr Kieran Moore.

Photo : The Canadian Press / Chris Young

La COVID-19 ne vas pas disparaître et va probablement se muer en un virus hivernal, a par ailleurs estimé le médecin hygiéniste.

Il n'y a pas d'échappatoire à ce virus, a assuré le Dr Moore, notant que ceux qui ne sont actuellement pas vaccinés contracteront éventuellement la COVID-19 s'ils ne sont pas immunisés. Les vaccins restent le meilleur moyen de s'en protéger, a-t-il rappelé.

Il a aussi appelé les travailleurs de la santé qui n'ont pas été vaccinés à le faire, affirmant que c'était leur devoir professionnel, alors que le premier ministre Doug Ford a refusé de rendre la vaccination obligatoire pour le personnel hospitalier.

Un plan pour une 3e dose pour les 12 ans et plus

Les experts du CCNI ne recommandent pas d'offrir une troisième dose à tous les Canadiens pour l'instant, affirmant qu'il n'existe aucune preuve d'une diminution de la protection vaccinale contre les effets graves du coronavirus dans la population en général.

Pourtant, l'Ontario prévoit commencer à étendre l'admissibilité aux rappels à toutes les personnes âgées de 12 ans et plus au début de 2022, selon un plan stratégique provincial. Ces expansions seront fondées sur l'âge et le risque relatif et le moment précis variera selon les bureaux de santé publique.

Pour le Dr Moore, il s'agit de suivre de près l'évolution de l'immunité des vaccins sur la population générale, qui cinq à sept mois après la deuxième dose a une très bonne protection prolongée.

La Colombie-Britannique a déjà annoncé que tous ses résidents qui veulent un rappel après les deux premières doses pourraient le recevoir à partir de janvier prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !