•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scott-Pien Picard décrit la douleur de l’amour perdu dans une nouvelle chanson

Le deuxième album de l'artiste innu sortira en janvier prochain.

Le musicien chante devant un micro à l'extérieur. Il sourit.

L'auteur-compositeur-interprète innu Scott-Pien Picard, en prestation extérieure à Montréal

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Villeneuve

Radio-Canada

Celui qu’on décrit comme le roi de la scène pop-rock innue, Scott-Pien Picard, vient de dévoiler la chanson Ka Minuatituiaku (L’amour que nous partagions), le premier extrait de son deuxième album, dont le titre n’est pas encore connu.

La chanson pop folk, qui évoque une peine d’amour, a été écrite en innu, la langue maternelle de l’auteur-compositeur-interprète.

Son deuxième album, réalisé par le musicien et compositeur Éloi Painchaud, sortira en janvier prochain.

Scott-Pien Picard est en nomination dans la catégorie de l'artiste autochtone de l’année au Gala de l’ADISQ, qui se tient dimanche soir. Il est accompagné d'Anachnid, de Kanen, de Matiu et de Q052. Il avait aussi été nommé dans la même catégorie l’an dernier.

L'artiste en entrevue dans un studio de radio.

Scott Pien Picard

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Scott-Pien Picard a aussi empoché une bourse de 100 000 $ lors du concours Talents Bleus de l’émission La semaine des 4 Julie, à Noovo en décembre dernier.

Originaire de la communauté de Uashat mak Mani-utenam, sur la Côte-Nord, Scott-Pien Picard a produit en 2018 son premier album au studio Makusham de Mani-utenam, notamment en collaboration avec Florent Vollant.

L’une des pièces, Atikamekw-Innu, a connu un bon succès. Elle souligne le lien qui unit ces deux nations. Les textes de ce premier album abordaient aussi des thèmes comme l’espoir, l’amitié et le dialogue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !