•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta veut créer plus de sentiers désignés sur les terres de la Couronne

Des bottines, des bâtons et un sac à dos de randonneur dans une clairière en pleine forêt.

La majorité des sentiers sur les terres de la Couronne albertaines sont entretenus par des associations récréatives et des bénévoles, mais ne sont pas gérés par le gouvernement.

Photo : Shutterstock

Le gouvernement albertain souhaite augmenter le nombre de sentiers désignés sur les terres de la Couronne en impliquant davantage les partenaires privés et à but non lucratif dans leur gestion.

Présentement, il n’y a que cinq sentiers récréatifs désignés sur les terres publiques albertaines. Ceux-ci sont gérés, réglementés, et entretenus par le ministère de l’Environnement et des Parcs.

Le projet de loi sur les sentiers, déposé mardi à l’Assemblée législative, propose d’investir 4,5 millions de dollars par an dans des partenariats avec des associations récréatives et d’autres groupes bénévoles pour en créer et en entretenir d’autres.

Vous allez voir de meilleurs ponts, une meilleure signalisation, et de meilleures cartes [pour ces sentiers]. Et surtout, nos sentiers historiques auxquels nous tenons en tant qu’Albertains seront protégés et ils ne pourront pas disparaître de notre paysage, affirme le ministre de l’Environnement, Jason Nixon.

Des centaines de sentiers non officiels

La vaste majorité des pistes sur les terres de la Couronne ne sont pas officielles. Elles sont souvent entretenues et aménagées par des associations récréatives comme l’Association des motoneigistes de l’Alberta ou les Amis du pays de Kananaskis.

Cette législation va certainement faciliter la désignation de sentiers qui répondent à nos critères pour une variété d’activités récréatives, affirme Jason Nixon.

Un sentier désigné peut être réglementé plus strictement, par exemple au niveau des activités qui y sont permises. Il sera également plus difficile pour un gouvernement de le détruire pour faire place à des usages commerciaux ou industriels.

La conduite de véhicules tout-terrain, comme les motoneiges, est déjà interdite sur les terres publiques en dehors des sentiers approuvés.

La nouvelle législation permettra toutefois de fournir plus de clarté au sujet des sentiers où ces véhicules sont permis ou interdits, selon le ministère de l’Environnement.

L’Association des motoneigistes de l’Alberta (ASA), qui entretient environ 6000 kilomètres de sentiers, s’est réjouie de l’annonce.

[Cette législation va] protéger le dur travail, le labeur et les investissements de la communauté bénévole qui s’occupe des sentiers, croit le directeur de l’ASA, Chris Brooks.

Le gouvernement financera la mesure entre autres grâce aux laissez-passer pour le camping sauvage et les frais d’enregistrement des véhicules tout-terrain.

Le ministre de l’Environnement a donné peu de détails sur le processus pour transformer une piste en sentier désigné et sur les organismes qui pourraient gérer ces nouveaux sentiers désignés.

Il dit que ces détails seront précisés dans des règlements à venir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !