•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’assouplissement des mesures sanitaires bien accueilli en Outaouais

Des bouteilles d'alcools sur une tablette dans un bar.

Les bars n'auront plus à tenir de registre et pourront permettre à leurs clients de rester debout.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Les nouvelles mesures d'assouplissement, annoncées mardi, sont accueillies favorablement par les secteurs concernés en Outaouais. Les stations de ski retrouvent enfin leur capacité maximale, tandis que les bars et restaurants pourront permettre à leurs clients d'être debout, de se déplacer et même de danser.

Mardi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé une série d'assouplissements des règles sanitaires qui prendront effet à compter du 15 novembre. Les restaurants, les bars, les écoles secondaires et les centres d'activités de plein air sont touchés.

L'une des mesures phares qui ont été annoncées concerne les stations de ski. Le passeport vaccinal y sera obligatoire, mais les centres pourront retrouver leur pleine capacité.

L'Association des stations de ski du Québec (ASSQ) qui représente 75 stations de ski s'est empressée de publier un communiqué offrant plus de détails concernant le passeport vaccinal. Celui-ci sera exigé pour les 13 ans et plus, et ce, pour l’utilisation des remontées mécaniques et l’accès à certains services offerts dans les chalets de ski, peut-on lire dans le communiqué.

« On va pouvoir profiter des pistes enneigées en toute tranquillité d’esprit parce que les gens qui vont être présents vont être des gens qui vont avoir la preuve de vaccination. »

— Une citation de  Yves Juneau, président-directeur général de l'Association des stations de ski du Québec

Yves Juneau soutient cependant qu'une nuance importante doit être apportée. Si la restriction d’achalandage est levée pour les pentes, elle reste en vigueur pour les chalets, a-t-il fait valoir.

Du nouveau pour les bars et restaurants

Les bars et les restaurants n'auront plus à tenir de registre dès la mi-novembre et les clients n'auront plus à rester assis en tout temps.

Alexandre Leblanc, le directeur général du Piz'za-za et du café Aux 4 Jeudis, s'est réjoui d'apprendre la nouvelle. C’est une nouvelle qu’on attendait depuis longtemps, on l’aurait pris le 1er septembre, mais mieux vaut tard que jamais, s'est exclamé M. Leblanc, en entrevue.

M. Leblanc dans un bar dans la journée répond aux questions d'un journaliste.

Alexandre Leblanc, directeur général du café Aux 4 Jeudis et du restaurant Piz'za-za (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Ça va changer complètement l'atmosphère, le dynamisme, les soirées dans nos établissements, a souligné ce dernier.

Depuis la première fermeture au printemps 2020, il fallait que les gens restent assis, il n'y avait plus d'échange social, ce qui nuisait grandement à l'ambiance, a-t-il dit.

Avec ces assouplissements, on aura droit à un véritable retour à l’ambiance d’un bar, a promis M. Leblanc.

Le masque et le passeport vaccinal seront toujours requis pour profiter d'une soirée dans les bars, mais c’est un mal nécessaire pour reprendre un certain risque régulier, a laissé savoir le directeur général des établissements.

De son côté, le copropriétaire du café-bistrot Le Troquet, Éric Gaudreault a mentionné que, même si l'on diminue graduellement la pression sur les restaurateurs en soustrayant des mesures sanitaires, un problème majeur demeure.

Là, présentement, un peu comme tout le monde dit, c’est la pénurie de personnel qui nous stresse un peu lors de soirées occupées, a-t-il résumé.

Parmi les autres mesures annoncées, on retrouve le retour des soirées karaoké et la réouverture des pistes de danse. Le masque sera cependant nécessaire.

Céline Sicard, la gérante du Pop-O-Bar, un bar karaoké de Gatineau, souligne cette grande victoire pour son établissement. On va arrêter de jouer à la police un peu, a-t-elle dit en entrevue à l'émission Sur le vif.

Cette nouvelle arrive juste avant le temps des Fêtes, une période particulièrement occupée pour son établissement. Mme Sicard a rappelé que l'établissement était fermé l'an dernier et que les clients étaient déçus.

Les gens espèrent qu'on va pouvoir en faire un peu plus, cette année, a-t-elle conclu. En attendant les consignes pour Noël, les employés du Pop-O-Bar seront prêts à accueillir leurs clients pour une soirée karaoké dès le 15 novembre.

Fini le masque en classe au secondaire

M. Dubé a aussi annoncé que les élèves des écoles secondaires n'auront plus à porter le masque en classe. La présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais, Suzanne Tremblay juge sage, la décision du gouvernement.

Quand on comprend comment ça se passe dans le corridor d’une école secondaire, quand la cloche sonne dans une école, il peut y avoir jusqu’à 3000 élèves, fait-elle valoir. Tout le monde sort au même moment des classes pour se diriger vers leur casier, il y a énormément de contacts très rapprochés, on est collés les uns sur les autres.

« C’est sage, à l’heure actuelle, d’y aller graduellement. »

— Une citation de  Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais

On va pouvoir observer ce qui se passe à partir du 15 novembre et ensuite, le gouvernement pourra réévaluer la situation et prendre d’autres décisions qui vont dans le sens d’assouplir les mesures, a aussi ajouté Mme Tremblay. Cette dernière a rappelé que la priorité, c'est la sécurité des élèves et du personnel.

Suzanne Tremblay en entrevue à Radio-Canada lors d'une journée d'automne.

La présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais, Suzanne Tremblay

Photo : Radio-Canada

La consigne de privilégier le télétravail, lorsque c'est possible, prendra également fin dans la province. Pour les employeurs et les travailleurs concernés par cette mesure, le retour en présentiel sera possible, mais les formules mixtes permettant la poursuite du télétravail seront recommandées, peut-on lire dans le communiqué du ministère de la Santé et des Services sociaux.

D'autres annonces sont attendues la semaine prochaine concernant les rassemblements privés intérieurs à l'approche du temps des Fêtes.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !