•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vallée-de-l’Or atteint 80 % de son objectif après un an de compostage

Un camion décharge les matières organiques sous le dôme au site de compostage.

Selon la MRC de la Vallée-de-l'Or, le taux de récupération des matières organiques est en constante augmentation.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Un an après le début de la collecte des matières organiques, la MRC de la Vallée-de-l'Or estime avoir atteint 80 % de son objectif.

Un total de 1539 tonnes métriques de matières organiques et de résidus verts ont pris le chemin de la nouvelle plate-forme de compostage. L’objectif de la MRC avait été fixé à 1823 tonnes pour cette première année, qui s’adressait uniquement au secteur résidentiel.

La machine est partie et nous sommes satisfaits de la réponse de la population, affirme le préfet Martin Ferron. On sait que la courbe va augmenter sur 5 ans pour atteindre nos objectifs d’ici 2024. On souhaite évidemment une adhésion de presque 100 % de la population, mais il faut du temps. On avait vécu la même chose avec le recyclage.

Le grand dôme où sont déposées les matières organiques.

La plateforme de compostage est située à l'écocentre de Val-d'Or près de la route 117.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Le directeur du Service de l’environnement à la MRC, Marco Veilleux, reconnaît qu’une légère baisse a été enregistrée lors des collectes de la période estivale, mais il n’y voit rien d’inquiétant.

On a vécu un été chaud et il y a sans doute des gens qui ont été refroidis par l’idée de générer des odeurs, des vers ou des mouches à fruits, note-t-il. On avait aussi un phénomène d’ours affamés et des gens ont eu peur de les attirer avec leur bac brun, mais on sait qu’il y a plein de trucs qui existent pour éviter tout ça et on va poursuivre notre sensibilisation. Je m’attends à ce que ça continue de progresser.

Pour la MRC, chaque tonne de matière détournée de l’enfouissement représente une économie de 130 $. Le compostage permet aussi de trouver des débouchés pour des matières auparavant destinées à l’enfouissement comme le papier déchiqueté, le carton et les résidus de bois.

Une bute de terre au-dessus de laquelle des mouettes volent.

Selon la MRC, après un an, 1539 tonnes métriques de matières organiques et de résidus verts ont été déviés du lieu d'enfouissement technique.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

C’est gagnant-gagnant, estime le préfet. C’est bon pour l’environnement et c’est bon pour notre portefeuille, parce qu’on va prolonger la durée de vie de notre site d’enfouissement.

Multilogements, commerces et industries

Maintenant que la plate-forme de compostage est désormais en mesure d’opérer à 100 % de sa capacité, la MRC entend débuter très bientôt la phase 2 de son plan, avec la collecte dans les gros immeubles à logements. La phase 3, en 2022, touchera les institutions, les commerces et les industries.

Quelqu'un verse des déchets de table dans un bac de compost brun.

La collecte du compost n'est pas encore disponible dans toutes les municipalité en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Ultimement, l’objectif de la MRC est de récolter 6400 tonnes métriques de matières organiques et de résidus verts par année. Quant au compost, qui sera bientôt en production, il sera livré comme prévu à la compagnie minière Eldorado Gold, pour les quatre prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !