•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fortnite quitte la Chine, au grand dam de ses adeptes

L'application Fortnite sur l'écran d'un iPhone.

Le jeu «Fortnite» est particulièrement populaire auprès des jeunes.

Photo : afp via getty images / LIONEL BONAVENTURE

Agence France-Presse

Le jeu vidéo Fortnite, d’Epic Games, qui réunit des millions de joueurs et de joueuses dans le monde, a annoncé son retrait de la Chine à la mi-novembre, au moment où Pékin serre la vis au secteur numérique.

Fortnite est l'un des jeux les plus populaires au monde, avec à son actif plus de 350 millions d'utilisateurs et utilisatrices, soit un nombre plus élevé que la population américaine.

Il s'agit d'un jeu participatif dans lequel les joueurs et joueuses interagissent en ligne dans des milieux hostiles.

Bien que le téléchargement soit gratuit, le titre génère des milliards de dollars en revenus, notamment avec les achats d'éléments additionnels pour leurs personnages, comme des tenues (skins).

Fortnite dispose d'une version spécifique en Chine où les contenus violents, obscènes ou politiquement sensibles sont encadrés de façon stricte.

Durcissement des règles

Le 15 novembre à 11 h, nous éteindrons les serveurs du jeu, et les joueurs et joueuses en Chine ne pourront plus se connecter, a annoncé l'éditeur américain de Fortnite, Epic Games.

Depuis lundi déjà, le jeu n'accepte plus de nouveaux comptes dans ce pays.

Aucune raison n'a été donnée, mais la décision intervient dans un contexte de durcissement réglementaire en Chine.

Les autorités, qui se montrent particulièrement pointilleuses sur les questions de concurrence et de données personnelles, ont épinglé ces derniers mois plusieurs poids lourds du secteur pour des pratiques jusque-là largement tolérées.

L’industrie vidéoludique, une importante manne financière en Chine, mais décriée pour ses effets addictifs chez les jeunes, n'a pas été épargnée.

En août, les autorités ont imposé une limite drastique de trois heures de jeux vidéo par semaine aux moins de 18 ans, alors que des jeunes pouvaient passer des journées devant leurs écrans.

Déception chez les fans

C'est très inattendu, écrit une joueuse sur le réseau social Weibo.

« Je pleure toutes les larmes de mon corps. »

— Une citation de  Une joueuse

D'autres déplorent voir jeté à l’eau le nombre d'heures passées dans le jeu à faire évoluer leur personnage.

Une pétition circule d’ailleurs sur les réseaux sociaux pour qu'Epic Games permette aux adeptes du jeu en Chine de transférer leurs données hors du pays.

Ces données contiennent notre cœur et notre âme, peut-on lire dans la pétition.

L’industrie numérique déserte la Chine

Epic Games, avec le jeu Fortnite, est le deuxième grand nom du monde de la technologie à annoncer son départ de la Chine en l'espace d'un mois.

Citant un environnement difficile, le réseau social professionnel LinkedIn, de Microsoft, a lui aussi annoncé en octobre son retrait du pays.

Le géant de l'informatique a longtemps été l'une des rares entreprises américaines d'Internet à réussir à proposer en Chine un réseau social en dépit de la censure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !