•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le système de santé de Terre-Neuve-et-Labrador victime d’une présumée cyberattaque

Une reconstitution d'un cybercriminel devant un écran d'ordinateur

Le système de santé de Terre-Neuve a été victime d'une présumée cyberattaque.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Une cyberattaque présumée contre le système de santé de Terre-Neuve-et-Labrador a entraîné l'annulation de milliers de rendez-vous médicaux à travers la province.

Le ministre de la Santé, John Haggie, a déclaré lundi que le cerveau du centre de données du réseau, exploité par Bell, avait été endommagé, y compris les systèmes informatiques principaux et de secours, ajoutant que les dommages avaient été détectés pour la première fois samedi.

Le ministre a décrit la situation comme une cyberattaque possible par un tiers, qui a, selon lui, contraint les systèmes de santé de certaines régions à revenir au papier ou aux réseaux informatiques locaux.

Notre principal objectif maintenant est de limiter les effets et de maintenir les services pour les gens de la province, a commenté le ministre Haggie.

Des résultats d'examens perdus

La région sanitaire de l'est de Terre-Neuve-et-Labrador a été la plus durement touchée, entraînant l'annulation lundi de tous les rendez-vous et procédures médicaux non urgents.

Les autorités sanitaires de l'ouest de Terre-Neuve-et-Labrador n'avaient pas été durement touchées, et l'autorité sanitaire du centre de Terre-Neuve a été touchée, mais moins sévèrement que la région de l'est.

Le président-directeur général d'Eastern Health, David Diamond, a déclaré lundi que son agence avait tout perdu, des courriels de base aux images de diagnostic, en passant par les résultats de laboratoire, ajoutant que les procédures médicales non urgentes pourraient à nouveau être annulées mardi.

Il a ajouté que les médecins lui ont conseillé de reporter de quelques jours les rendez-vous et les interventions prévues s'ils ne peuvent avoir accès électroniquement aux résultats de radiographies et d'examens de tomodensitométrie

On ne peut pas gérer le même volume de travail avec un système fonctionnant avec du papier, alors il serait plus sécuritaire de remettre ces rendez-vous, a rapporté M. Diamond.

Une enquête en cours

Le ministre Haggie a refusé de confirmer ou d'infirmer si les problèmes sont liés à une attaque par rançongiciel - où les pirates tentent d'extorquer des fonds à leur victime en échange des données prises en otage. M. Haggie s'est borné à dire que l'enquête suivait son cours.

Steve Waterhouse, un ex-responsable des systèmes de sécurité informatique au ministère de la Défense, a mentionné en entrevue lundi que les symptômes rapportés par le système de santé de Terre-Neuve-et-Labrador ont tous les aspects d'une attaque par rançongiciel. Les systèmes de santé sont des cibles prisées des pirates parce qu'ils sont des services essentiels à la population et que celle-ci ne tolère pas d'être privée de ces services.

Le Centre canadien pour la cybersécurité a d'ailleurs publié une alerte en octobre 2020 concernant le phénomène des cyberattaques qui se multiplient contre les établissements de santé à travers le pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !