•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Manitobains sont la cible d’escroqueries liées à la cryptomonnaie

Bitcoin.

La commission des valeurs mobilières encourage les Manitobains à signaler toute escroquerie potentielle au 1 855 FRAUDMB (372-8362).

Photo : Getty Images / JACK GUEZ

Radio-Canada

Deux Winnipégois ont récemment perdu respectivement 18 000 et 30 000 $ après avoir été victimes de fraude liée à la cryptomonnaie. L'enquêteur principal de la Commission des valeurs mobilières du Manitoba, Jason Roy, soutient que ce genre de situation est très répandue dans la province.

Il y a des Manitobains qui ont perdu de 250 $ à 600 000 $, dans certains cas, explique-t-il.

L’organisme qui a pour but de protéger les investisseurs manitobains s’efforce de lutter contre la stigmatisation des victimes et de sensibiliser le public à l’existence des chaufferies (boiler rooms) de l’étranger, c’est-à-dire un lieu où des courtiers se livrent à la vente illégale sous pression et par téléphone.

Il est très difficile de s'avouer que l'on s'est peut-être laissé prendre à quelque chose que l'on n'aurait pas dû ou que l'on aurait dû mieux connaître , dit Jason Roy.

Selon l’enquêteur, les chaufferies fonctionnent à partir de l’Europe de l’Est, du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Asie. Leurs membres tentent d’amener les victimes à remettre de l’argent par le biais de leurs cartes de crédit, de transferts électroniques ou d’échanges de cryptomonnaies.

Ce sont des opérations compliquées et professionnelles qui se basent sur des scripts qui ont été testés pour assurer leur efficacité, di Jason Roy. Ce n'est pas juste un type qui appelle et on sait immédiatement que c'est une escroquerie.

Les escrocs utilisent un logiciel qui permet l’affichage d’un faux numéro de téléphone local sur le téléphone de leur cible.

Selon M. Roy, bien qu’il existe des entreprises légitimes enregistrées au Canada qui vendent de la cryptomonnaie, les investisseurs doivent faire des recherches approfondies sur les investissements. Il recommande aux personnes qui veulent investir de s’adresser à un professionnel des finances inscrit à la Commission des valeurs mobilières.

Le sergent Trevor Thompson, du Service de police de Winnipeg, explique que l’Unité de lutte contre les crimes financiers reçoit quotidiennement des appels de victimes de fraudes liées à la cryptomonnaie.

Contrairement aux années précédentes, où les escrocs demandaient aux victimes d'envoyer des cartes-cadeaux en guise de paiement, les fraudeurs demandent maintenant des cryptomonnaies. Cela peut être très compliqué pour les forces de l'ordre de les récupérer, ajoute Trevor Thompson.

Il raconte que les escrocs donnent généralement à leurs cibles des instructions détaillées sur la manière de transférer les cryptomonnaies.

[Les escrocs] les gardent en ligne, les dirigent physiquement, leur disent où se trouve le distributeur [de cryptomonnaie] et leur donnent des instructions sur la façon de faire un achat.

Ensuite, l'achat va directement dans leur portefeuille de cryptomonnaies. Une fois qu'il y est, il est à eux. C'est aussi simple que ça.

Selon le Centre antifraude du Canada (CAFC), les Canadiens ont perdu 144 millions de dollars à cause de la fraude au cours des huit premiers mois de l'année 2021.

Avec les informations dAustin Grabish

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !