•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le public québécois devrait être séduit par Aline, le film sur Céline Dion

Le film Aline sort le 26 novembre prochain au Québec.

Les trois personnes posent devant la tour Eiffel à Paris.

Danielle Fichaud, Valérie Lemercier (qui incarne Aline Dieu à tous les âges) et Sylvain Marcel

Photo : Jean-Marie Leroy/Rectangle Productions/TF1 Films Production

Radio-Canada

L’acteur Sylvain Marcel, qui incarne le personnage inspiré de René Angélil dans le film de Valérie Lemercier, est convaincu que le Québec tombera sous le charme de l’histoire d’Aline Dieu. Après la sortie du film en France cette semaine, il a dévoilé quelques anecdotes de tournage en compagnie de la comédienne Danielle Fichaud.

Les deux artistes n’appréhendent pas du tout la réaction du public québécois lors de la sortie d’Aline le 26 novembre prochain.

« Des personnalités québécoises assez critiques l’ont vu et l’ont adoré. Elles en sont renversées. Je suis donc convaincue que les gens vont l’aimer. »

— Une citation de  Sylvain Marcel

Danielle Fichaud partage l’opinion de son collègue : C’est un film sur l’amour et c’est universel.

Pas d’imitations

Si Valérie Lemercier a changé les noms de la famille Dion et de René Angélil dans ce film qu’elle a écrit et réalisé et dans lequel elle joue le rôle principal, elle a aussi demandé aux acteurs et actrices de ne pas faire d’imitations des personnages interprétés.

J’ai travaillé la bonhomie de Maman Dion, sa bienveillance, son amour inconditionnel pour ses enfants. Mais c’est la mère universelle. Je n’ai jamais essayé de l’imiter, a expliqué Danielle Fichaud en entrevue avec René Homier-Roy à l’émission Culture club.

Les trois femmes se tiennent par les épaules et sourient devant un mur bleu.

La chanteuse française Victoria Petrosillo (qui interprète les chansons de Céline Dion dans le film «Aline»), la réalisatrice Valérie Lemercier et la comédienne Danielle Fichaud au Festival d'Angoulème le 28 août 2021

Photo : afp via getty images / YOHAN BONNET

Sylvain Marcel, qui joue Guy-Claude Kamar (inspiré de René Angélil), explique qu'il n'a pas pris la voix, très reconnaissable, de celui qui a été l’agent et le mari de Céline Dion.

« Mais la ressemblance est assez frappante avec les costumes et le maquillage. Tout ce que j’avais à faire était de réciter le texte qui avait été écrit. Le travail se faisait tout seul. Pour Valérie, il était important de ne pas faire une parodie, mais aussi pour moi. »

— Une citation de  Sylvain Marcel

Même s’il n’a pas imité la voix du défunt mari de Céline Dion, Sylvain Marcel s’est inspiré de la manière dont René Angélil bougeait. J’ai passé beaucoup d’heures sur YouTube à le regarder marcher et parler. Il avait souvent une bouteille d’eau dans la main; il ouvrait le bouchon et il le fermait. Ce sont des choses que j’ai intégrées dans pour donner vie à ce personnage, raconte le comédien.

Une femme embrasse un homme sur la joue.

Valérie Lemercier embrasse Sylvain Marcel lors d'une séance photo au Festival de Cannes.

Photo : afp via getty images / VALERY HACHE

De son côté, Danielle Fichaud a regardé des vidéos de Thérèse Dion en famille. J’ai essayé d’éviter les moments où elle est en représentation, car c’est plus l’histoire de la famille, précise-t-elle.

Le duo aurait-il accepté de jouer ces personnages si cela avait été une caricature et plus humoristique? Je l’aurais probablement fait quand même, mais un peu plus à reculons. Ce qui m’a beaucoup séduit, c’est quand j’ai vu que mon travail d’acteur allait vraiment compter, au lieu de faire une piètre imitation d’un personnage qui a été fait des milliers de fois, souligne Sylvain Marcel.

Danielle Fichaud est plus affirmative. Si on avait ri de la famille, si ça avait été méprisant, j’aurais refusé. Quand j’ai rencontré Valérie, elle m’a dit que ce qui l’intéressait était de raconter comment une personne qui est un vilain petit canard et la dernière de 14 enfants réussit, grâce à l’amour de sa famille et de son gérant, à devenir la reine du monde, explique-t-elle.

La femme est sur scène avec un micro dans les mains et ressemble beaucoup à Céline Dion.

Valérie Lemercier incarne Céline Dion dans le film «Aline», qui s'inspire de la vie de la chanteuse québécoise.

Photo : Caramel Films

Toutefois, Sylvain Marcel avoue qu’il n’a pas vraiment compris ce que Valérie Lemercier voulait faire lors de la première lecture du scénario : Je pensais que c’était une parodie.

Garder la langue québécoise

Sur le plateau d’Aline, les actrices et acteurs québécois s’assuraient que l’accent québécois et les expressions utilisées étaient bien réels.

Sylvain Marcel raconte qu’il faisait souvent répéter certaines phrases à Valérie Lemercier. C’est évident que son accent n’est pas parfait, mais après cinq minutes, on accepte qu’Aline parle comme ça. C’est fabuleux ce qu’elle fait. J’ai vu le film quatre fois et je ne me tanne pas.

La femme est assise devant l'homme qui lui fait un baiser sur la main.

Valérie Lemercier et Sylvain Marcel dans le film «Aline»

Photo : Caramel Films

Valérie ne voulait pas que les Français le voient avec des sous-titres. Donc, nous avons fait l’effort de parler un français qu’ils pouvaient comprendre. Elle a fait une partie du chemin et nous aussi. Ce n'est pas du joual, et je n’aurais pas voulu parler ainsi de toute façon, raconte Danielle Fichaud.

La comédienne, qui est aussi professeure – elle a fondé Les Ateliers Fichaud, très populaires auprès des comédiennes et comédiens –, précise que lorsque Valérie Lemercier n’avait pas complètement l’accent québécois, c’est quand elle était dans l’émotion. Mais quand ça sonnait trop mal, on avait le droit de l’arrêter pour la reprendre. On répétait souvent avec elle les scènes du lendemain, explique Danielle Fichaud.

Le rêve de Cannes

Puisque le film a été présenté au plus récent Festival de Cannes, Sylvain Marcel et Danielle Michaud ont eu le bonheur de gravir les fameuses marches de la Croisette en compagnie de Valérie Lemercier et d’autres membres de l’équipe. Un rêve pour les artistes.

Trois hommes et deux femmes sourient sur le tapis rouge.

Roc Lafortune, Danielle Fichaud, Valérie Lemercier, Sylvain Marcel et Pascale Desrochers lors de la présentation du film «Aline» à Cannes

Photo : Getty Images / Pascal Le Segretain

On en rêve dans le fond de notre lit, mais on n’ose pas trop en parler. C’est un fantasme absolu. C’est arrivé tellement vite que je n’ai pas eu le temps de le réaliser. Ça a été une aventure incroyable, avoue Sylvain Marcel.

Danielle Fichaud avait remisé ce rêve qu’elle a longtemps eu. Je pensais qu’à 60 ans, ça ne m’arriverait plus. Eh bien, ça m’est arrivé à 67 ans. C’était extraordinaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !