•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tribunal rejette l’appel de Marc-Antoine Essiambre

Chargement de l’image

La plage municipale de Carleton-sur-Mer, en été (archives)

Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

Radio-Canada

Marc-Antoine Essiambre, ce jeune homme qui poursuivait trois organisations pour huit millions $ en 2018, dont la Ville de Carleton-sur-Mer à la suite d'un accident l’ayant laissé partiellement quadriplégique en 2010, voit son appel rejeté par le tribunal.

Les juges de la Cour d’appel France Thibault, Stephen  W. Hamilton et Michel Beaupré ont rendu leur décision le 12 octobre quant à la requête formulée par le jeune homme, ses parents, ses frères et sa sœur.

Le tribunal a conclu, à la suite de l’audience du 5 octobre, que les appels doivent échouer, et ce, malgré les conséquences tragiques pour les appelants, particulièrement pour Marc-Antoine, des événements survenus le 26 août 2010 […].

La cour se range ainsi derrière la décision rendue le 15 août 2019 quant à l’absence de responsabilité de la Ville de Carleton-sur-Mer et d'Écovoile Baie-des-Chaleurs coop de solidarité, visées par l'appel.

« En effet, à supposer même que la Cour ne serait pas d’accord avec les qualifications de ''téméraires'' ou de ''fautifs'' données par le premier juge aux agissements de Marc-Antoine lors des événements, et qu’elle conclurait qu’il n’a commis aucune faute, cela ne changerait rien à la conclusion déterminante concernant l’absence de faute et de responsabilité des intimées, laquelle, à elle seule, scelle le débat. »

— Une citation de  Extrait de la décision rendue le 12 octobre par la Cour d’appel

La Cour indiquait, dans son jugement de 2019, que les blessures subies par le jeune homme âgé de 15 ans au moment des événements n’étaient pas liées à une activité organisée ni à la qualité de l’eau, mais à un plongeon décidé par lui-même sur un coup de tête.

Le 26 août 2010, Marc-Antoine Essiambre avait plongé tête première dans l'eau à la plage municipale de Carleton-sur-Mer. Il avait alors subi une fracture à la colonne vertébrale qui l’a rendu paraplégique et partiellement quadriplégique.

L’adolescent se trouvait sur place pour participer à une activité de kayak organisée par Justice Alternative Gaspésie Sud et Écovoile Baie-des-Chaleurs.

Il reprochait à Carleton-sur-Mer ainsi qu’aux deux autres organismes de ne pas avoir indiqué la présence d'obstacles dans l'eau et de ne pas avoir assuré une surveillance adéquate des lieux.

Le maire de Carleton-sur-Mer, Mathieu Lapointe, n'a pas souhaité commenter le dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !