•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mois d’octobre exceptionnellement mauvais, en Colombie-Britannique

Des vagues se fracassent contre une jetée.

Un climat exceptionnellement froid s'est imposé tout au long du mois d'octobre.

Photo : Ken Mizokoshi/CBC

La fin du mois d'octobre est accueillie avec un certain soulagement par les Britanno-Colombiens marqués par la pluie et le froid qui ont déferlé sur la province durant un mois habituellement plus doux.

D’emblée, le météorologue Armel Castellan, d'Environnement et Changement Climatique Canada, explique que le mois d’octobre a été inhabituellement pluvieux. Le mois de novembre, qui est le mois le plus pluvieux pour la côte sud de la Colombie-Britannique, est arrivé de manière précoce à la mi-septembre.

La météorologue Johanna Wagstaffe, de CBC, le confirme : la moyenne de pluie pour Vancouver est autour de 120 mm, alors que la région avait déjà reçu 130 mm de pluie, le 28 octobre, avant qu'une autre rivière atmosphérique ne passe.

La côte sud de la province est certainement celle qui a reçu plus de pluie, puisque les stations météorologiques vancouvéroises ont enregistré des précipitations à plusieurs reprises, précise-t-elle.

« Ce fut un mois frais et détrempé, peu importe la façon dont vous le regardez! »

— Une citation de  Johanna Wagstaffe, météorologue à CBC Vancouver
Un Vancouvérois marche sous un parapluie.

Un Vancouvérois marche sous un parapluie.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

De la pluie et encore de la pluie

Selon Armel Castellan, la pluie de septembre était précoce. Il est tombé au-delà de 300 % des précipitations estimées, climatologiquement parlant, note-t-il. Il ajoute qu'en octobre, on a déjà dépassé le seuil pour le mois.

Ces fortes précipitations se sont surtout abattues dans le sud de la province. Prince Rupert ou Haida Gwaii n’ont pas reçu autant de pluie que prévu, d’après le météorologue auprès d'Environnement Canada.

Nous avons eu trois rivières atmosphériques et un cyclone explosif. C'est un mois chargé! souligne Johanna Wagstaffe. La plupart des précipitations qui sont tombées lors de périodes intenses de pluie régulière.

À la pluie, s'ajoute le vent

Les tempêtes de vents, elles, s’expliquent par l’intense activité du courant jet à travers l’océan Pacifique, qui est devenu actif très tôt.

Le froid nous parvenait des latitudes de l'Arctique, le chaud et l'humidité, surtout, provenaient des tropiques, détaille Armel Castellan.

D’après le météorologue, que ce soit les rivières atmosphériques ou les fortes dépressions, les conditions étaient idéales pour intensifier les tempêtes d’octobre.

Un arbre déraciné gît sur la chaussée devant un immeuble.

Un arbre est tombé sur la chaussée à cause des conditions climatiques, fin septembre 2021, à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Mireille Langlois

Nous avons eu une trajectoire de tempête très active pour la côte ouest. C'est particulièrement visible après un été aussi chaud et sec, ajoute Johanna Wagstaffe. En somme, les canicules de l’été 2021 expliquent l’intensité de la pluie des dernières semaines, selon elle.

BC Ferries a annulé 122 traversées sur 13 de ses 25 circuits à cause de vents violents. L’entreprise précise toutefois que ces annulations arrivent chaque année pendant la saison des tempêtes, pour des raisons de sécurité.

Après la pluie, le beau temps?

Selon Armel Castellan, l’automne est la période de l'année ou les prévisions sont très compliquées à établir, surtout pour la saison à venir. Selon lui, les beaux jours de la cette fin de semaine seront suivis par une activité quelconque, qui ne ressemblent pas une grande tempête.

« D’ici une semaine, on pourrait s’attendre à tout, surtout parce que novembre est climatologiquement le mois le plus actif sur le côte sud », dit-il.

BC Hydro confirme que ses météorologues prédisent une saison des tempêtes difficiles et de nombreuses coupures de courant potentielles liées à la chute d’arbres fragilisés par les épisodes de canicule et de sécheresse survenus cet été.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !