•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une municipalité veut changer de nom pour attirer les investisseurs

Le centre de ski Mont Blanc.

Les citoyens de Saint-Faustin-Lac-Carré, dans les Laurentides, devront dire s'ils souhaitent que leur localité prenne le nom de Mont-Blanc.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les citoyens de Saint-Faustin-Lac-Carré, dans les Laurentides, devront dire s'ils souhaitent que leur localité prenne le nom de Mont-Blanc à l'occasion d'un référendum organisé le 7 novembre.

Il est rare que des municipalités entament des démarches pour changer de nom.

L'an dernier, Asbestos est devenue Val-des-Sources pour se distancier de la mauvaise réputation de l'amiante qui a été produite sur place pendant des décennies.

Le processus avait toutefois soulevé certaines critiques, les citoyens n'ayant pas pu décider s'ils voulaient conserver le nom Asbestos.

Dans le cas de Saint-Faustin-Lac-Carré, une localité de 3600 habitants située près de Mont-Tremblant, c'est la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, qui a ordonné la tenue d'un référendum pour que la population se prononce sur l'idée retenue par la municipalité, soit de la renommer Mont-Blanc.

L’ancienne gare de Saint-Faustin-Lac-Carré.

L’ancienne gare de Saint-Faustin-Lac-Carré, près de la piste du Petit Train du Nord

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Les citoyens vont donc pouvoir dire si, oui ou non, ils acceptent ce nouveau nom, à l'occasion d'un référendum consultatif prévu le 7 novembre. C'est le seul plébiscite de cette nature à se tenir au Québec au cours des élections municipales cette année.

Un plan stratégique

On voulait avoir quelque chose qui frappait, quelque chose qui ferait en sorte que les gens disent wow! explique Jean-Simon Levert, qui vient d'être élu par acclamation maire de Saint-Faustin-Lac-Carré.

L'idée de changer de nom faisait partie d'un plan stratégique rédigé par une firme de consultants.

Un comité, chargé de trouver un nouveau toponyme, a suggéré Mont-Blanc, en s'inspirant de la montagne et du centre de ski qui bordent la route 117. On s'est dit : "Qu'est-ce qui nous ressemble? Qu'est-ce qui est à la mode?" Le plein air, l'activité physique, la famille! On cherchait un nom évocateur, explique l'élu.

Selon le maire, un nom comme Mont-Blanc pourrait inciter davantage d'investisseurs à choisir la municipalité pour y installer leur entreprise ou pour construire des maisons, des condos ou des bâtiments commerciaux.

La longueur du nom actuel, né de la fusion des villages de la région, pose aussi problème.

Quand on dit aux gens qu'on vient de Saint-Faustin-Lac-Carré, même s'ils passent par ici, ils n'ont pas l'impression que c'est un village qui se démarque, affirme Sébastien Millette, représentant du camp du oui.

Il souligne que plusieurs municipalités, comme Mont-Tremblant, Saint-Sauveur, Sutton ou Bromont, portent le même nom que le centre de ski qui s'y trouve. C'est un emblème qui est assez présent, une belle image pour une municipalité, dit-il.

Affiche annonçant un référendum municipal.

Les citoyens de Saint-Faustin-Lac-Carré devront voter par référendum pour dire s'ils souhaitent changer le nom de la municipalité pour celui de Mont-Blanc.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Tous ne sont pas de cet avis. Normand Diotte, représentant du camp du non, trouve l'exercice inutile et coûteux. On ne veut pas avoir de Mont-Tremblant numéro deux! s'exclame-t-il.

« Les gens sont ici pour la tranquillité. On ne veut pas avoir un village super touristique où les gens ne seront plus capables de se payer leur propre maison! »

— Une citation de  Normand Diotte, représentant du camp du non

Selon M. Diotte, qui briguera aussi un poste de conseiller au scrutin du 7 novembre, le village aux 52 lacs n'a pas besoin de changer de nom pour attirer des gens.

Attirez les petites familles et [celles-ci] vont attirer les commerces, croit-il. On n'a même plus d'école... Attirer la culture, les loisirs, c'est ça qui va attirer les familles.

Des citoyens divisés

Le bureau de poste porte encore le nom de l’ancien village de Saint-Faustin.

Le bureau de poste porte encore le nom de l’ancien village de Saint-Faustin.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Les citoyens de Saint-Faustin-Lac-Carré semblent divisés sur la question. Plusieurs affirment ne pas avoir d'opinion à quelques jours du scrutin.

Il est bien correct comme ça, notre nom! affirme un homme rencontré près d'une épicerie. Les commerçants ne sont pas très chauds, rapporte un autre, en référence aux frais qu'ils devront débourser pour modifier leur documentation.

Mont-Blanc, c'est vraiment représentatif du secteur, croit toutefois une cliente, ajoutant qu'elle trouverait ce nouveau nom très parlant, très touchant, en plus d'être plus court que le nom actuel de la municipalité.

Cependant, même s'ils sont appelés à se prononcer sur le changement de nom de leur municipalité, les citoyens de Saint-Faustin-Lac-Carré n'auront pas le dernier mot.

C'est la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, qui devra trancher. Son ministère a ordonné la tenue de ce référendum, devant l'opposition manifestée par de nombreux citoyens.

Nul ne sait si la ministre donnera sa bénédiction à Mont-Blanc si le oui l'emporte par 50 % des voix plus une. S'il avait à prendre la décision, le maire Jean-Simon Levert affirme qu'il serait plus à l'aise avec une belle majorité, dans les 70 %, 80 %.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...