•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prelco: syndiqués et employeur acceptent la recommandation du conciliateur

Des employés munis de travaux au logo d'Unifor et, à droite, une affiche en verre annonçant l'usine de Prelco.

Les syndiqués de l'usine Prelco de Rivière-du-Loup sont en grève illimitée depuis le 24 octobre dernier. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Une recommandation du conciliateur a été acceptée par les parties syndicales et patronales, vendredi, pour mettre un terme à la grève illimitée à l'usine Prelco de Rivière-du-Loup.

Les 228 employés concernés sont en grève depuis dimanche dernier.

La proposition sera soumise au vote des membres dimanche.

Par communiqué, l'entreprise Prelco dit souhaiter que la proposition du conciliateur mène à une issue positive, ce qui permettrait de mettre un terme au conflit de travail en cours.

« Les discussions se sont poursuivies longuement pendant le cours de la journée. Dans la nuit du 28 au 29 octobre, l'entente a été acceptée par les deux parties. »

— Une citation de  Dominic Lavoie, président et chef de direction de Prelco

Du côté syndical, le président fait preuve de prudence et de retenue à l'égard de cette proposition. Nous sommes à l'aise de présenter ça aux membres ce dimanche. Évidemment, je ne veux pas trop m'avancer sur le résultat du vote. Mais il y a eu des pas en avant lors de nos discussions, affirme Marco Allard.

Le président du syndicat souligne d'ailleurs qu'une proposition du conciliateur n'est pas une pratique courante en matière de relations de travail.

« Il faut vraiment démontrer que les syndiqués et l'employeur sont allés au bout de ce qu'ils peuvent offrir et concéder. »

— Une citation de  Marco Allard, président du syndicat de l'usine Prelco à Rivière-du-Loup
Marco Allard, photographié en marge de la ligne de piquetage, à proximité de l'usine Prelco de Rivière-du-Loup.

Marco Allard représente les employés concernés.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Malgré le conflit de travail, M. Allard est d'avis que le moral des syndiqués et bon. J'ai vu les gens des quarts de jour et de nuit. Je vais bientôt voir les gens des quarts de soir. Présentement, l'humeur semble excellente. Il est trop tôt pour savoir si le dénouement sera positif ou négatif. Mais on demeure très confiant, conclut le président du syndicat.

Dimanche dernier, les travailleurs avaient opté pour des moyens de pression dans une proportion de 57 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !