•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers d’Ottawa devront tous être vaccinés d’ici le 31 janvier 2022

Un écusson du Service de police d'Ottawa.

En date de vendredi, 84 % des policiers sont complètement vaccinés, selon le Service de police d'Ottawa (Archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Service de police d’Ottawa (SPO) obligera ses employés à être complètement vaccinés contre la COVID-19 d’ici le 31 janvier 2022. La présidente de la Commission de services policiers d’Ottawa, Diane Deans, indique que cette mesure a pour objectif de maintenir la confiance du public envers les forces policières.

C'est une bonne nouvelle parce que la communauté nous a dit que c'est une politique de vaccination qu'elle veut. Je crois que c'est dans l'intérêt de la communauté d'avoir une vaccination obligatoire , car les policiers sont souvent en contact avec le public et nous essayons de protéger notre communauté et les policiers, a-t-elle expliqué en entrevue.

Mme Deans a aussi expliqué, par voie de communiqué, que la date butoir avait été choisie pour éviter toute conséquence éventuelle d’un service manquant de personnel en période d’intervention d’urgence. Entre-temps, le SPO s’engage à offrir des ressources informatives et éducatives à ses membres sur le vaccin contre la COVID-19.

Une femme assise à un bureau devant un micro.

La présidente de la Commission de services policiers d'Ottawa, Diane Deans (Archives)

Photo : Radio-Canada

Le SPO offrira des plages de vaccination à ses membres pour faciliter l’opération.

Des tests toutes les 72 heures

De son côté, le chef du SPO, Peter Sloly, appuie la vaccination obligatoire de tous ses effectifs. Il a aussi dit qu’en date de vendredi, 84 % des employés sont complètement vaccinés.

Ceux qui ne peuvent pas se faire vacciner devront obtenir une exemption respectant les exigences de Santé publique Ottawa.

Peter Sloly pose devant le logo du Service de police d'Ottawa.

Le chef du Service de police d'Ottawa, Peter Sloly

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Les policiers qui ne sont pas vaccinés devront passer un test de dépistage toutes les 72 heures. Le SPO a reçu une certaine quantité de tests, mais dit que, lorsqu’il n’en aura plus, les tests devront être payés par les employés.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a applaudi la décision du SPO. Sur Twitter, il s'est dit content de voir que la population avait été entendue et de la rapidité avec laquelle cette décision a été prise.

En entrevue vendredi, le conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury a toutefois indiqué que cette nouvelle réglementation arrive un peu tard alors que la GRC, la police de Toronto et même les employés municipaux de la Ville sont déjà soumis à une telle consigne.

Ça démontre encore une fois le manque d'alignement avec l'administration policière et les objectifs collectifs de la Ville d'Ottawa, a-t-il ajouté.

La politique de vaccination obligatoire pour les employés municipaux devait entrer en vigueur le 1er novembre, mais a finalement été reportée au 15 novembre, a annoncé la Municipalité jeudi.

Une situation différente à Gatineau

De l'autre côté de la rivière des Outaouais, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a indiqué qu'il suit les consignes provinciales au sujet de la vaccination et a suggéré de se référer au gouvernement pour plus d'information.

Jointe par courriel, une relationniste du ministère de la Santé publique écrit qu'au Québec, il revient au directeur de la Santé publique d’établir les différents corps d’emploi qui nécessitent la vaccination obligatoire.

Comme les policiers et les pompiers ne sont pas visés par le décret obligeant les intervenants du réseau de la santé et des services sociaux à être protégés contre la COVID-19, le ministère ne possède pas les données relatives à la vaccination des policiers, poursuit-elle.

Le ministère encourage toutefois tous les policiers à se faire vacciner puisque ceux-ci jouent un rôle essentiel auprès de la population.

Avec les informations de Nafi Alibert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !