•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de matelas ne seront pas recyclés à Edmonton, faute de contrat

Plus de 50 000 matelas et sommiers ont été recyclés en 2020 grâce à ce programme de la Ville.

Le président-directeur général de l'entreprise Redemptive Developpement, Murray Soroka.

Le président-directeur général de l'entreprise sans but lucratif Redemptive Development, Murray Soroka, emploie notamment des personnes marginalisées.

Photo : Radio-Canada / Madeleine Cummings

Radio-Canada

À Edmonton, des milliers de matelas usagés seront envoyés dans des sites d'enfouissement si la Ville ne renouvelle pas rapidement son contrat, affirme le président-directeur général d’une entreprise spécialisée dans le recyclage de ce type de produits.

Il y a cinq ans, Redemptive Developments, une entreprise sociale installée dans le parc industriel du nord-ouest d’Edmonton, a remporté un appel d’offres pour un contrat de trois ans avec la Ville pour recycler les matelas.

Ce contrat a pris fin le 30 septembre après deux renouvellements d'un an. La Ville a publié un nouvel appel d'offres le 22 septembre, qui s’est terminé le 18 octobre.

Le PDG de Redemptive Developments, Murray Soroka, craint que cela ne prenne des semaines avant d’octroyer un nouveau contrat de trois ans à un sous-traitant.

En raison de ce trou entre les deux contrats, des milliers de matelas usagés ne seront pas recyclés, mais finiront dans des sites d’enfouissement, dénonce-t-il.

« Le monde entier parle d’environnement, de changement climatique et de recyclage, et, pourtant, nous avons laissé le contrat expirer sans qu’aucun plan de secours n'ait été mis en place. »

— Une citation de  Murray Soroka, PDG de Redemptive Developments

Qu’est-ce qui se recycle dans les matelas?

La Ville d’Edmonton impose des frais de 16 $ aux résidents de la capitale albertaine pour déposer leur matelas usagé dans un écocentre.

Jusqu'à ce mois-ci, une partie de ces frais allaient à Redemptive Developments dont les employés s’occupaient de mettre en pièce les matelas pour en séparer les différents composants.

Les ressorts d’acier des matelas sont, par exemple, vendus en bloc, pour être fondus en de nouveaux produits, explique Murray Soroka. La mousse des matelas est envoyée à Calgary pour la fabrication de sous-tapis.

Les utilisations ne manquent pas pour ces composants, ajoute M. Soroka.

Même si Redemptive Developments continue de recevoir des matelas de villes avoisinantes, d'écoles, hôtels ou d'autres entreprises, la Ville d’Edmonton était son plus gros client. Elle représentait 75 % des matelas qu'on lui livrait.

Un employé transporte des ressorts en acier.

Il est déjà arrivé aux salariés de trouver de l'argent, des boîtes à trésor, des armes et même un chat en vie cachés dans les matelas ou les sommiers à recycler.

Photo : Radio-Canada / Min Dhariwal

Avant octobre, Redemptive Developments recyclait environ 150 matelas par jour.

Plus de 50 000 matelas et sommiers ont été recyclés en 2020, selon l’appel d’offres de la Ville.

L'entreprise sans but lucratif emploie de nouveaux arrivants, des personnes ayant un casier judiciaire ou en situation d’itinérance. Depuis la fin du contrat avec la Ville, Murray Soroka a mis à pied 20 de ses travailleurs.

La Ville demande de garder vos matelas

Le superviseur général des opérations du Centre de gestion des déchets d'Edmonton (EWMC), Matt Boutotte, a indiqué par courriel que le processus d’appel d'offres a pris plus de temps que prévu, ce qui a retardé l'octroi du nouveau contrat.

Tous les matelas et les sommiers déposés au Centre de gestion des déchets d'Edmonton ou dans un autre écocentre ne seront pas recyclés tant qu’un nouveau contrat ne sera pas conclu, a-t-il aussi confirmé.

Nous recommandons aux résidents de garder leur ancien matelas jusqu’au moment où nous aurons un nouveau contrat de recyclage en place, au début du mois de décembre.

Certaines entreprises qui vendent des matelas neufs proposent également de recycler les matelas usagés à faible coût.

Avec les informations de Madeleine Cummings

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !